+ Répondre à la discussion
Page 1 sur 3 1 2 3 DernièreDernière
Affichage des résultats 1 à 10 sur 27
  1. #1
    Super Moderator Avatar de kiki37
    Date d'inscription
    avril 2013
    Messages
    4 212

    Exclamation Communiqués de l'ANFR (Agence Nationale des FRéquences)

    Hauts-de-France | mercredi 17 juillet 2019
    Perturbations des fréquences de la télévision sur le nord de la France

    Citation Envoyé par l'ANFR
    Risque de mauvaise réception TNT du 17 au 18 juillet 2019 sur la côte Atlantique et la côte de la Manche.
    En raison d’un épisode météorologique particulier - variations importantes de la température et de la pression atmosphérique – de nombreuses communes du nord de la France risquent de rencontrer des difficultés de réception de la TNT du 17 au 18 juillet 2019.
    Les zones susceptibles d'être impactées sont indiquées en jaune sur la carte ci-dessous.

    source : Recevoir la TNT

    Patienter et ne pas faire de recherche de chaînes sur votre récepteur
    Si la recherche automatique de chaîne est activée dans le menu de votre récepteur, il est fortement conseillé de la désactiver, cette fonction ne pouvant qu'occasionner désagréments et pertes de chaînes
    "Qui dira toute la malice dont les choses sont capables lorsqu'elles cherchent à vous embêter ?"...E.Aisberg (son C.V.)

    •   Alt 

      Réclame

       
       

  2. #2
    Nouveau membre
    Date d'inscription
    décembre 2014
    Messages
    1
    .


    Nos Remerciements pour l'information
    Salutations

  3. #3
    Membre
    Date d'inscription
    mai 2012
    Messages
    3 303
    De toutes façons, même si la loi protège la réception de la TV, ici, on ne peut plus rien faire, qu' attendre la fin du phénomène.

    Nous, nous le savons bien, ainsi que TDF, ITAS TIM, Towercast, l' ANFR

    Mais les gens lambda ne connaissent pas tout ça, et râlent sans arrêt !

  4. #4
    Membre
    Date d'inscription
    janvier 2012
    Messages
    496
    pour ceux qui ne connaîtraient pas:

    http://dxinfocentre.com/tropo_eur.html



    eh oui, attendre que ça passe... Aucune parade possible !


    Cordialement

  5. #5
    Super Moderator Avatar de kiki37
    Date d'inscription
    avril 2013
    Messages
    4 212
    communiqué de l'ANFR

    Citation Envoyé par l'ANFR
    Optimisation des paramètres de diffusion du signal horaire d'Allouis : des résultats encourageants après les tests menés

    Beaucoup d’opérateurs privés et publics ont recours au signal horaire de référence diffusé sur la fréquence 162 kHz depuis la station d’Allouis dans le Cher pour synchroniser des horloges ou différents systèmes. Elles peuvent administrer des systèmes de commande ou, pour les collectivités locales, assurer la gestion de l’éclairage public, de panneaux d’information, d’horodateurs...
    L'Agence a réalisé du 2 au 4 juillet 2019 des tests visant à optimiser la puissance de diffusion du signal, actuellement fixée à 1 100 kW. Pendant la durée du test, la puissance du signal a été baissée à 800 kW. Ce test n’a pas révélé de problème de réception majeur. Ces résultats sont considérés comme encourageants par l’ANFR et par les utilisateurs ; une réflexion est actuellement en cours pour optimiser les paramètres de diffusion du signal horaire de manière pérenne
    "Qui dira toute la malice dont les choses sont capables lorsqu'elles cherchent à vous embêter ?"...E.Aisberg (son C.V.)

  6. #6
    Super Moderator Avatar de kiki37
    Date d'inscription
    avril 2013
    Messages
    4 212
    UNE STATION 4G BROUILLÉE PAR UN ÉCRAN PUBLICITAIRE :!:
    29/11/2019
    Citation Envoyé par l'ANFR
    Un opérateur mobile a sollicité l’ANFR après avoir constaté une dégradation de qualité de service sur un site 4G situé dans la ville de Rennes. Le Service régional de Donges a donc dépêché une équipe technique sur les lieux. Les agents habilités et assermentés de l’ANFR ont procédé à des relevés spectraux à l’aide des matériels équipant leur véhicule laboratoire. Ils ont ainsi pu identifier le signal perturbateur.

    Les investigations ont conduit les agents de l’ANFR vers une salle de sport située à quelques centaines de mètres du site impacté. Equipés d’un récepteur de mesures raccordé à une antenne goniométrique, ils ont poursuivi leurs recherches dans le complexe sportif jusqu’à la découverte de l’équipement perturbateur : un écran publicitaire géant utilisé lors des rencontres de basket-ball et de volley-ball.

    Afin de vérifier la conformité des rayonnements à la norme, des mesures de champs ont été programmées en présence de la société ayant installé l’écran. La conformité à la norme a été constatée, pourtant la perturbation subsistait. Les techniciens de l’ANFR ont cependant remarqué que l’écran simplement allumé rayonnait autant qu’en mode diffusion ; ils ont alors préconisé une mise hors tension de l’écran en dehors des manifestations sportives. Avec l’accord de l’opérateur mobile, satisfait de cette mesure, le dossier a pu être clôturé.

    Plus de 25 % des brouillages signalés à l’ANFR ont pour origine un problème de compatibilité électromagnétique (CEM), c’est-à-dire des signaux parasites émis par un appareil industriel ou domestique.
    Relevé spectral du signal perturbateur ►
    source ANFR
    "Qui dira toute la malice dont les choses sont capables lorsqu'elles cherchent à vous embêter ?"...E.Aisberg (son C.V.)

  7. #7
    Super Moderator Avatar de kiki37
    Date d'inscription
    avril 2013
    Messages
    4 212
    Brouillage par un câble HDMI !


    Citation Envoyé par l'ANFR
    LES ENQUÊTES DE L’ANFR : LES FRÉQUENCES DES SAPEURS-POMPIERS BROUILLÉES PAR UN CÂBLE HDMI
    20/12/2019
    Les agents du service régional d’Aix-Marseille ont récemment été confrontés à un cas de brouillage insolite.

    L’équipe technique de l’ANFR est intervenue sur un site pour résoudre un cas de brouillage affectant les transmissions radio des sapeurs- pompiers. Le brouillage affectait les fréquences dans la bande 86 MHz des installations radio du pylône du centre d'incendie et de secours de la commune de Lodève.

    Ce cas de perturbation était particulièrement complexe, car le brouillage intervenait de manière aléatoire. Trois interventions des agents de l’ANFR ont été nécessaires pour le résoudre. Ce n’est que lors de leur dernier déplacement que les agents ont pu identifier le signal brouilleur.

    Equipés d’un analyseur de spectre portable, d’une antenne directive et d’un équipement d’enregistrement et d’analyse des signaux, ils ont pu relever les caractéristiques du signal perturbateur. Il émettait deux porteuses sur la fréquence 86.015 MHz, à plus ou moins quelques KHz.

    La suite des investigations à conduit les agents de l’ANFR devant l’appartement d’un particulier, pas très loin de la caserne. Avec l’accord de son locataire, l’investigation s’est poursuivie dans le domicile. La cause du brouillage est enfin identifiée : il s’agit d’un câble HDMI entre la box et la télévision ! Le caractère intermittent du brouillage relevé par les pompiers correspondait aux moments où le particulier regardait la télévision.

    Le câble HDMI en défaut, peut-être par manque de blindage, rayonnait des signaux parasites de manière intempestive dans une bande de fréquences réservée au ministère de l’Intérieur.

    Plus de 25 % des brouillages signalés à l’ANFR ont pour origine un problème de compatibilité électromagnétique (CEM), c’est-à-dire des signaux parasites émis par un appareil industriel ou domestique.
    l'ANFR rappelle la règlementation

    Citation Envoyé par l'ANFR
    En savoir plus sur les brouillages par CEM
    L’ANFR souhaite rappeler l’importance d’être vigilant lors de l’achat de tout équipement électronique afin qu’il soit conforme à la réglementation européenne (marquage CE) et aux exigences concernant la compatibilité électromagnétique.

    Tout appareil industriel ou domestique, pour de multiples raisons (non-conformité, vétusté, mauvais réglage...) est susceptible de générer des signaux parasites. Ils risquent de porter atteinte à la disponibilité de services de radiocommunication (téléphonie mobile, réception TNT …) dans son voisinage plus ou moins lointain. L’impact peut aller de l’altération à l’indisponibilité du service concerné. Il est assez fréquent que la source perturbatrice provienne d’un préamplificateur TV (cf. brouillage au zoo de Beauval) ou d’un système d’éclairage défaillant.

    Un brouillage généré par des problèmes de compatibilité électromagnétique dans le cadre des dispositions contenues au sein du 2.bis de l’article L.39-1 du CPCE est soumis à sanction pénale. Il peut être puni de six mois d'emprisonnement et de 30 000 euros d'amende. Si le responsable du brouillage est de bonne foi et remédie rapidement au brouillage, l’ANFR se réserve la possibilité de ne pas recourir pas à une procédure judiciaire. Mais si cela s’avère nécessaire pour la résolution du brouillage, l’ANFR peut rédiger un procès-verbal afin d’informer le procureur de la République.
    source ANFR
    "Qui dira toute la malice dont les choses sont capables lorsqu'elles cherchent à vous embêter ?"...E.Aisberg (son C.V.)

  8. #8
    Super Moderator Avatar de kiki37
    Date d'inscription
    avril 2013
    Messages
    4 212
    Allouis

    La gestion de la diffusion du Signal horaire évolue !




    Citation Envoyé par l'ANFR
    27/02/2020

    La loi sur l’Evolution du Logement, de l’Aménagement et du Numérique (dite loi ELAN) a confié à l’ANFR, depuis le 1er janvier 2019, la responsabilité de la gestion de la diffusion du signal horaire depuis la station d’Allouis dans le Cher.
    Utilisé par de nombreux professionnels, ce signal est inaudible mais, lorsqu’il est capté par un appareil approprié, il fournit l’heure légale française.

    Certaines entreprises assurant une mission de service public mais aussi les collectivités locales ont recours à ce signal pour synchroniser des horloges de lieux publics, des panneaux d’information, des systèmes de commandes de l’éclairage public ou encore la synchronisation des horodateurs.
    Ce service est largement utilisé dans des secteurs clés de l’industrie française pour synchroniser plus de 200 000 horloges.

    Dans un souci d’optimisation du système technique et en lien avec les acteurs concernés, l’ANFR a mené un test de baisse de puissance de diffusion du signal horaire, de 1 110 kW à 800 kW, du mardi 7 janvier 2020 à midi au mardi 4 février 2020 à midi.
    Durant cette période de 4 semaines, l’ANFR a mis en place un dispositif renforcé de supervision de l’opération, qui n’a recueilli aucun signalement de dysfonctionnement de la part des utilisateurs du signal.

    Ainsi, depuis la 4 février 2020, la configuration de référence de diffusion du signal horaire depuis la station d’Allouis est donc la suivante : pylône nord avec une puissance de 800 kW.

    Le passage à l’heure d’été prévu dans la nuit du samedi 28 mars au dimanche 29 mars 2020 sera la prochaine échéance importante pour ce système et l’ANFR y sera particulièrement attentive.
    source : ANFR
    "Qui dira toute la malice dont les choses sont capables lorsqu'elles cherchent à vous embêter ?"...E.Aisberg (son C.V.)

  9. #9
    Super Moderator Avatar de kiki37
    Date d'inscription
    avril 2013
    Messages
    4 212
    LE TABLEAU NATIONAL DE RÉPARTITION DES BANDES DE FRÉQUENCES
    Citation Envoyé par l'ANFR
    06/03/2020

    Le Premier ministre a arrêté le 30 janvier 2020 des modifications au tableau national de répartition des bandes de fréquences (TNRBF).

    Le TNRBF est révisé pour :

    prendre en compte la fin du transfert de la bande 700 ;
    renforcer les droits pour l’affectataire TTOM en Région 3 dans la bande 2 GHz ;
    et aligner l’annexe 7 sur les appareils de faible portée avec les décisions communautaires couvrant des nouvelles bandes pour des nouvelles applications.

    Ces modifications préparées par l’ANFR dans le cadre de la Commission pour l’évolution du spectre (CES) avaient été adoptées par une délibération du conseil d’administration de l’ANFR le 27 juin 2019. Le site ANFR mis à jour donne accès à la nouvelle version du TNRBF :
    https://www.anfr.fr/gestion-des-frequences-sites/tnrbf/.

    Plus précisément, les modifications adoptées portent sur les points suivants :

    utilisation de la bande 700 en Régions 1 et 2 ;
    utilisation de la bande mobile 2 GHz en Région 3 ;
    ajout de nouvelles dispositions réglementaires pour appareils de faible portée (AFP), incluant :
    - les fréquences en-dessous de 9 kHz,
    - la bande 442,2-450 kHz pour applications de détection de personnes et de prévention des collisions,
    - la bande 430-440 MHz pour applications médicales spécifiques,
    - la bande 5 855-5 875 MHz pour applications des systèmes de transport intelligents (non liées à la sécurité) ;
    mise à jour du cadre réglementaire pour équipements à bande ultralarge (UWB), incluant l’ajout de dispositions pour systèmes d’accès aux véhicules (clef électronique) et l’élargissement de la réglementation pour applications d’analyse ou détection de matériaux, permettant notamment de couvrir des applications d’imagerie médicale.

    Utilisation de la bande 700 en Régions 1 et 2
    Le processus de migration de la radiodiffusion audiovisuelle en bande 700 en métropole est arrivé à son terme au 1er juillet 2019. La note F45g du TNRBF, dans sa version jusqu’alors en vigueur, précisait les nouvelles attributions applicables dans la bande 694-791 MHz à compter du 1er juillet 2019 et stipulait que l’attribution de la bande 694-790 MHz au service de radiodiffusion (RTV) pour le CSA serait alors supprimée.

    La modification adoptée consiste en premier lieu à mettre à jour les tables d’attributions en Région 1 (R1) en conformité avec les dispositions prévues dans la note F45g. Cet exercice a déjà été réalisé en 2015 pour la Région 2 (R2), la bande 700 n’étant alors déjà plus utilisée. Les notes F45g et F45h, applicables respectivement en R1 et R2, sont par ailleurs modifiées afin de conserver :

    la référence au principe d’accord entre le ministère de l’Intérieur et l’Arcep relatif aux possibilités et conditions d’autorisation par l’Arcep pour permettre l'établissement et l'exploitation de réseaux PPDR ;
    les dispositions relatives à la protection de la radiodiffusion en dessous de 694 MHz.

    La mention de l’utilisation du service mobile terrestre (mbr) par l’Arcep dans la bande 694-790 MHz pour des équipements auxiliaires sonores de conception de programmes et de radiodiffusion n’est plus pertinente au-delà du 1er juillet 2019, conformément au dispositif de transition prévu (décision Arcep n°2015-0830 modifiée). La référence aux annexes 7 et 8 du TNRBF doit être maintenue dans cette gamme de fréquences, en R1 et R2, uniquement pour les bandes 470-694 MHz et 823-832 MHz. Le contenu de ces annexes est par ailleurs ajusté afin de refléter ces évolutions.

    Sur la base des modifications apportées dans les tables, l’Arcep a accès, en R1 et R2, aux bandes 694-698 MHz, 703-733 MHz, 736-753 MHz et 758-788 MHz pour le service mobile (MXA), avec le statut « exclusif » (EXCL). Le ministère de l’Intérieur a accès, en R1 et R2, aux bandes 698-703 MHz, 733-736 MHz, 753-758 MHz et 788-791 MHz, avec le statut exclusif.

    Utilisation des bandes 1 920-1 980 MHz et 2 110-2 170 MHz en Région 3
    Des modifications sont adoptées au TNRBF en cohérence avec l’utilisation de systèmes mobiles dans les bandes 1 920-1 980 MHz et 2 110-2 170 MHz en Région 3. L’affectataire TTOM[1], en charge des télécommunications dans les territoires français de la Région 3, prend le statut « exclusif » (EXCL) pour l’accès au service mobile à titre primaire dans ces bandes.

    Annexe 7 du TNRBF : appareils de faible portée (AFP)
    Plusieurs modifications à l’annexe 7 du TNRBF sont apportées afin de prendre en compte des nouveaux besoins en fréquences pour appareils de faible portée (AFP) étudiés au niveau européen :

    La décision 2006/771/CE relative à l'harmonisation du spectre radioélectrique en vue de l'utilisation de dispositifs à courte portée (i.e. la décision CE sur les AFP) a été modifiée par la décision (UE) 2019/1345 du 2 août 2019 sur la base des propositions présentées dans le rapport CEPT 70 (mars 2019).
    Des dispositions réglementaires pour l’utilisation des fréquences en-dessous de 9 kHz par des AFP, non couvertes par le rapport CEPT 70, ont été incorporées dans la recommandation ERC 70-03 suite à la réunion du WG FM (CEPT) de février 2019.

    Par ailleurs, les travaux récents au niveau européen de revue détaillée et de mise en cohérence de la recommandation ERC 70-03 et de la décision CE sur les AFP, ont donné une base solide pour un travail de consolidation de l’annexe 7 du TNRBF. Les principales modifications apportées à l’annexe 7 du TNRBF portent ainsi sur les points suivants :

    Alignement de la structure de l’annexe 7 du TNRBF avec celle de la recommandation ERC 70-03, avec en particulier :
    - Mise en cohérence des tableaux 1 à 13 de l’annexe 7 du TNRBF avec les annexes 1 à 13 de ERC/REC 70-03,
    - Déplacement de certaines bandes de fréquences.
    Mise à jour des références réglementaires aux textes européens pertinents (UE et CEPT).
    Mise à jour des conditions techniques dans certaines bandes de fréquences en cohérence avec les textes européens.
    Ajout de nouvelles bandes de fréquences en cohérence avec les textes européens.

    Des nouvelles bandes de fréquences incorporées dans la décision 2006/771/CE modifiée (i.e. bandes n° 75a, 75b, 85, 86, 87, 88 et 89) sont ainsi intégrées dans l’annexe 7 du TNRBF, dans les tableaux suivants :

    1.a Equipements non spécifiques : 862-863 MHz.
    2. Localisation, suivi et acquisition de données : 442,2-450 kHz.
    3. Équipements de transmission de données large bande et systèmes d’accès sans fil, y compris les réseaux locaux radioélectriques : 57-71 GHz.
    5. Systèmes télématiques pour la circulation et applications pour les transports : 5 855-5 875 MHz.
    13. Acquisition de données médicales : 430-440 MHz.

    Les nouvelles dispositions pour l’utilisation des fréquences en-dessous de 9 kHz par des AFP sont également intégrées dans l’annexe 7 du TNRBF dans les tableaux 9 (matériels à boucle d'induction) et 10 (microphones sans fil incluant les aides à l’audition, et dispositifs audio sans fil et de multimédia en continu).

    Annexe 7 du TNRBF : équipements à bande ultralarge (UWB)
    La décision (UE) 2019/785 de la Commission du 14 mai 2019 relative à l'harmonisation du spectre radioélectrique pour les équipements utilisant la technologie à bande ultralarge dans l'Union et abrogeant la décision 2007/131/CE a été publiée au Journal officiel de l'Union européenne du 16 mai 2019.

    Cette décision met à jour le cadre réglementaire européen pour équipements à bande ultralarge (UWB), sur la base des propositions présentées par la CEPT dans le rapport CEPT 69.

    Les livrables CEPT correspondants, soit la décision ECC (06)04 révisée sur la réglementation générique UWB et la décision ECC (07)01 révisée sur les capteurs UWB, ont été adoptés pour publication par l’ECC lors de sa réunion de mars 2019.

    Ces évolutions réglementaires portent principalement sur 2 innovations :

    La mise à jour de la réglementation générique UWB, en ce qui concerne les installations à bord de véhicules routiers ou ferroviaires, consiste à spécifier des conditions d’utilisation LDC (« Low Duty Cycle ») relâchées dans les bandes 3,8-4,2 GHz et 6-8,5 GHz pour permettre des systèmes de clef électronique (« vehicular access systems »).
    La modification de la réglementation pour applications UWB d’analyse de matériaux permet un élargissement des applications d’imagerie UWB autorisées, c’est-à-dire non limitée en pratique aux seules applications historiques de type BMA (« Building Material Analysis ») ou ODC (« Object Discrimination and Characterisation »). Elle permet notamment de couvrir des applications d’imagerie médicale.

    Des précisions sont apportées afin de mettre en évidence que les conditions applicables à l’utilisation générique de la bande ultralarge devraient aussi pouvoir être applicables aux applications de détection de matériaux.

    --------

    [1] TTOM est représenté par l’OPT en Nouvelle-Calédonie et par la DGEN en Polynésie française.
    source ANFR
    "Qui dira toute la malice dont les choses sont capables lorsqu'elles cherchent à vous embêter ?"...E.Aisberg (son C.V.)

  10. #10
    Super Moderator Avatar de kiki37
    Date d'inscription
    avril 2013
    Messages
    4 212
    Les enquêtes de l'ANFR : une box internet brouille les équipements GPS et Galileo d’un industriel
    31/03/2020

    Le 13 février dernier, l’ANFR a été alertée par une entreprise de la Drôme : son activité, le développement d’équipements professionnels GPS et Galileo pour la géolocalisation de haute précision, était perturbée par un brouillage.

    GPS et Galileo appartiennent à la famille des dispositifs GNSS, « Géolocalisation et navigation par un système de satellites ». Les GNSS sont cruciaux pour la localisation mais aussi pour la synchronisation dans de nombreux secteurs d’activité : les transports, les services de secours aux victimes, les services de téléphonie et d’internet… C’est ainsi que le GPS et Galileo sont devenus indispensables à une liste croissante d’applications industrielles, professionnelles ou personnelles.

    Avant de faire appel à l’ANFR, l’entreprise victime du brouillage avait elle-même caractérisé le signal brouilleur afin de vérifier que le problème n’était pas dû à un dysfonctionnement interne. Ces mesures, réalisées à l’aide d’un analyseur de spectre portable, avaient même déterminé la direction d’où provenait l’émission ainsi que ses caractéristiques : une interférence pulsée, centrée sur la fréquence 1 581,15 MHz, qui affectait de manière permanente la réception des signaux GPS L1 et Galileo E1 dans la bande de fréquences centrée sur 1 575,42 MHz.

    Les agents du service régional de l’ANFR de Lyon sont intervenus le 25 février. Ils ont d’abord constaté sur place l’existence du signal brouilleur. Puis, grâce au récepteur goniométrique de leur véhicule laboratoire, ils sont partis vers l’origine du brouillage. Bientôt, le gonio a identifié le bâtiment d’où sortait le signal. Poursuivant à pied avec un récepteur portable muni d’une antenne directive, ils sont arrivés à la porte d’un appartement du rez-de-chaussée.

    L’occupante des lieux, une dame âgée, leur a permis d’entrer dans son logement. Bientôt, il n’y eut plus aucun doute : il s’agissait simplement… d’une box internet ! Elle émettait en effet des rayonnements indésirables dans la bande de fréquences réservée au GNSS. Cette box, quoique défectueuse, continuait d’assurer convenablement l’accès à internet – tout en parasitant une bande de fréquences sensible réservée à l’Aviation civile, à la Défense et à l’Espace !

    Une demande a donc été faite auprès de l’opérateur pour qu’il remédie à ce défaut. Un nouvel équipement était en place trois jours seulement après le passage de l’ANFR.

    Entre-temps, l’entreprise victime du brouillage, compréhensive, avait toutefois accepté que l’utilisatrice puisse continuer à utiliser quelques jours de plus le coupable engin : sans lui, elle n’aurait pu ni téléphoner, ni regarder la télévision, ni se connecter à internet !
    "Qui dira toute la malice dont les choses sont capables lorsqu'elles cherchent à vous embêter ?"...E.Aisberg (son C.V.)

Liens sociaux

Liens sociaux

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages