+ Répondre à la discussion
Page 86 sur 94 PremièrePremière ... 36 76 84 85 86 87 88 ... DernièreDernière
Affichage des résultats 851 à 860 sur 940
  1. #851
    Membre Avatar de nono 63
    Date d'inscription
    février 2018
    Localisation
    Puy de Dôme (63)
    Messages
    167
    Un grand merci à vous deux pour ce complément sur les intercalaires normands .

    Cette revue "Antennes" est une mine d'informations , et le travail de mesures accomplies à l'époque était très rigoureux et acrobatique !

    •   Alt 

      Réclame

       
       

  2. #852
    Membre
    Date d'inscription
    juillet 2018
    Messages
    31
    Je lis plus que je ne publie et je suis E-PA-TEE de toutes ces archives, bravo, surtout Colorix et Kiki37 !!! De quoi faire un véritable site, même s'il existe déjà celui de Thierry Vignaud et hertzien.fr d'Olivier Guillard... Continuez à nous enrichir de vos documents, svp, on ne s'en lasse pas !!!...

  3. #853
    Membre Avatar de Colorix
    Date d'inscription
    juillet 2013
    Messages
    861
    Bonjour et merci Aragatz pour ce message sympa.
    merci également et bienvenue sur le forum (Kiki37)


    Cela prend en effet beaucoup de temps pour récupérer et traiter les informations et documentations nécessaires pour ce "Tour de France" dont nous célébrerons d'ailleurs les cinq ans d'existence le mois prochain.

    Nous allons poursuivre avec la Bretagne et ses trois émetteurs de Rennes, Vannes et Brest.

    Brest qui, les plus âgés s'en souviendront, a subi début 1974 un attentat privant des milliers de foyers bretons de radio FM et de télévision pendant plusieurs longs mois, et qui malheureusement coûta la vie à son chef de centre, dont le coeur ne supporta pas la vision de son pylône de 220 mètres effondré sur la quasi-totalité des installlations techniques.

    Pour l'instant, nous allons évoquer l'émetteur provisoire qu'avait mis en place la R.T.F. de 1957 à 1959 en attendant la mise en service de celui de Rennes Saint-Pern.

    Cordialement,
    Dernière modification par kiki37 ; 20/10/2018 à 21h21.
    Colorix
    Louis Marie Foratier

  4. #854
    Membre Avatar de Colorix
    Date d'inscription
    juillet 2013
    Messages
    861
    Les antennes d'émission TV en France dans les années 50-60 : la Bretagne

    1) Rennes (Cesson-Sévigné) " Buttes de Coësmes" ou" Mont Couesme"
    Lors de l'étape précédente en Normandie, nous avons pu voir que le développement du réseau de télévision dans l'Ouest prenait un certain retard. Certains fabricants de téléviseurs n'hésitaient pas, pourtant, à inciter les Bretons situés dans la zone de réception de la B.B.C. de Jersey, à s'équiper d'un récepteur multistandard captant (déjà) les trois définitions de 405, 625 et 819 lignes :


    Document © Ouest-France(1956)




    Spécial Salon de la Radio-Télévision 1957
    Document © Le Haut-Parleur (1956)

    Les émetteurs principaux
    (Rennes, Le Mans, Nantes) étaient initialement programmés pour 1957, ainsi que l'annonçait une longue étude, très détaillée et complète, du journal Ouest-France intitulée "La télévision en marche vers l'Ouest", publiée dans ses éditions des 15 et 16 mai 1956 :



    A gauche, la tour hertzienne qui a hébergé l'émetteur provisoire de Rennes de 1957 à 1959
    Cliquer dans l'image ou
    ici pour une parfaite lisibilité de cet article
    Document © Ouest-France(1956)



    Document © Ouest-France(1956)



    Cliquer dans l'image ou ici pour une parfaite lisibilité de cet article
    Document © Ouest-France(1956)



    Cliquer dans l'image ou ici pour une parfaite lisibilité de cet article
    Document © Ouest-France(1956)

    Mais ces émetteurs de grande puissance virent leurs dates de mise en service repoussée de plusieurs années (1959, et même 1960 pour Nantes), ainsi qu'en témoigne cet article rendant compte des réductions sévères de crédits imposées par le gouvernement à cette époque:


    Cliquer dans l'image ou ici pour une parfaite lisibilité de cet article
    Document © Ouest-France(1956)

    A Saint-Pern, ainsi qu'il est précisé ci-dessus, on se retrouve dans cette situation paradoxale où la .R.T.F., après avoir pratiquement tout construit sur le site, se retrouve avec un pylône et la quasi-totalité des bâtiments achevés, mais pas d'émetteur ni d'antennes puisqu'il n'y a plus de crédits pour les faire livrer.


    Le faisceau hertzien établi via Rouen et Caen depuis 1955-1956 ne passe pas par Saint-Pern, distant de 30 km environ au nord-ouest de Rennes, mais par Cesson-Sévigné, à 4 km environ à l'est de la ville, au lieu-dit "Les Buttes de Coësmes" que la R.T.F. désignera "Mont Couesme" en y installant un émetteur provisoire de 50 Watts crête-image. Celui-ci sera mis en service le 4 avril 1957, en même temps que son homologue nantais de même puissance. Le succès fut immédiat, la télévision arrivant dans les deux grandes villes de l'Ouest au moment même où la France accueillait à Paris la jeune reine Elizabeth II en visite officielle, très largement couverte par les équipes de la R.T.F. (nous y reviendrons dans l'étape "Pays de la Loire").

    On dispose de peu d'éléments sur cet émetteur provisoire des buttes de Coësmes qui fonctionnait déjà sur le canal F5-H retenu pour celui de Saint-Pern, et dont les fréquences (164 MHz pour l'image, 175,15 MHz pour le son), à cause du 819 lignes trop gourmand en bande passante, étaient situées "hors bande" grâce à un accord avec les P.T.T. De ce fait, l'émetteur breton ne risquait pas d'interférences mutuelles avec les nombreuses stations Bande III d'Outre-Manche mises en place par l'I.T.A. (Independent Television Authority, gérant les stations commerciales).

    Du point de vue géographique et démographique, à l'époque les "Buttes de Coësmes" ne comportaient que des champs et pâturages au milieu desquels cette tour de béton de 65 mètres de haut, isolée dans cette verdure, paraissait plutôt incongrue :



    Le carré blanc à gauche du milieu de l'image est la tour hertzienne des Buttes de Coësmes.
    (voir agrandissement ci-dessous)

    Cliquer dans l'image ou
    ici pour la visionner en grande taille

    Document © I.G.N.



    La tour hertzienne des Buttes de Coësmes en mai 1960, un an après le transfert à Saint-Pern.
    (détail agrandi de l'image ci-dessus)

    Cliquer dans l'image ou
    ici pour la visionner en grande taille

    Document © I.G.N.



    Dominant la campagne environnant Cesson-Sévigné, la tour hertzienne dans les années 60
    Cliquer dans l'image ou
    ici pour la visionner en grande taille

    Document © Delcampe.net

    Les choses allaient évoluer considérablement une quinzaine d'années plus tard, avec, à sa base, la venue du C.C.E.T.T. (Centre Commun d'Etudes de Télévision et de Télécommunications, commun à l'ORTF et aux PTT) et progressivement tout autour, diverses entreprises spécialisées dans l'électronique et les télécommunications. qui allaient constituer, à terme, le grand pôle d'activité tertiaire "Rennes Atalante" dominé dès 1976 par la nouvelle grande tour hertzienne de ce qui était alors la Direction Régionale Ouest de TéléDiffusion de France :


    1976 : dominant le nouveau quartier de Beaulieu qui fait partie du futur pôle Rennes-Atalante,
    la nouvelle tour hertzienne de
    TéléDiffusion de France va bientôt remplacer celle de 1956
    .
    Cliquer dans l'image ou
    ici pour la visionner en grande taille

    Document © Delcampe.net



    Pôle technologique Rennes-Atalante, 2017 : la tour hertzienne
    et les bureaux de
    TDF voisinent avec ceux d'Orange Labs

    Cliquer dans l'image ou ici pour la visionner en grande taille
    Document © Google Street View (2017)

    Il semblerait, ainsi que l'indique l'article ci-dessous évoquant le changement d'orientation des antennes à prévoir pour les Rennais
    lors de la mise en route de Saint-Pern, que l'émetteur provisoire ait été équipé d'un pylône propre de 80 mètres de haut, et n'ait donc pas utilisé, comme à Reims Vrigny, Metz Mont Saint-Quentin ou Dijon Mont Afrique, la tour de 65 mètres du relais hertzien pour y installer les antennes émettrices. Ceci était sans doute dû à la conception de la tour qui, comme à Erbray et Saint-Herblain, était assez étroite et ne comportait aucune plateforme permettant d'y poser les panneaux de la bande III.

    Le 15 août 1959, l'émetteur définitif de Saint-Pern est enfin en mesure de prendre la suite, avec une puissance crête-image 400 fois supérieure à celle des Buttes de Coësmes avec un pylône presque trois fois plus grand, mais les quelques milliers de téléspectateurs rennais se voient contraints de faire modifier l'orientation de leur antenne, de l'est vers le nord-ouest de l'agglomération :


    Après deux ans de bons et loyaux services, du 4 avril 1957 au 15 août 1959,
    le petit émetteur provisoire des
    "Buttes de Coësmes" tire sa révérence...
    Cliquer dans l'image ou
    ici pour une parfaite lisibilité de cet article
    Document © Ouest-France(1959)

    Dernière modification par Colorix ; 11/07/2019 à 22h37.
    Colorix
    Louis Marie Foratier

  5. #855
    Super Moderator Avatar de kiki37
    Date d'inscription
    avril 2013
    Messages
    3 078
    réservé pour compléments d'informations


    Dernière modification par kiki37 ; 20/10/2018 à 20h56.
    "Qui dira toute la malice dont les choses sont capables lorsqu'elles cherchent à vous embêter ?"...E.Aisberg (son C.V.)

  6. #856
    Membre Avatar de Colorix
    Date d'inscription
    juillet 2013
    Messages
    861
    Les antennes d'émission TV en France dans les années 50-60 : la Bretagne

    2) Rennes "Saint-Pern" ou" Bécherel"

    Le 15 août 1959, après quelques semaines d'essais, l'émetteur de 20 kW situé à 30 km au nord-ouest de Rennes remplaçait définitivement celui de 50 Watts relayant, de Cesson-Sévigné, le programme national depuis le 4 avril 1957.


    Document © Ouest-France



    Document © Ouest-France



    Document © Ouest-France

    Les 4501 téléspectateurs rennais déclarés étaient donc, comme d'autres avant eux à Lille, Metz, Reims ou Dijon, amenés à faire réorienter leur antenne vers le nouveau pylône de 190 mètres :


    Le centre de Saint-Pern peu après sa mise en service en 1959.Au loin, le bourg
    de Bécherel, dont la tour de relais hertzien destinée à relier Pleumeur-Bodou
    et Roc Trédudon n'est pas encore construite. Les Côtes d'Armor sont toutes
    proches, la limite longe le chemin dans le bois au fond à gauche.
    Cliquer dans l'image ou ici pour l'afficher en grande taille

    Document © Delcampe.net

    La R.T.F. avait fait le bon choix avec ce site, le plus élevé (160 mètres) du département : la télévision pouvait être désormais reçue dans une vaste zone couvrant toute l'Ille-et-Vilaine, la quasi totalité des Côtes-du-Nord (actuelles Côtes d'Armor), le sud de la Manche, l'ouest de la Mayenne, le nord-ouest du Maine-et-Loire, le nord de la Loire-Atlantique, l'est du Morbihan, ainsi que l'île anglo-normande de Jersey. De plus, son canal F5-H "hors bande" (164 - 175,15 MHz) était à l'abri de toute interférence avec les émetteurs bande III de l'I.T.A. en cours de déploiement sur les îles britanniques.


    Cliquer dans l'image ou ici pour l'afficher en grande taille pour une lecture plus facile
    Document © Ouest-France

    Quelque temps plus tard, en prévision du futur émetteur du Finistère qui sera mis en service sur le Roc Trédudon en septembre 1961, mais aussi de la station de télécommunications spatiales de Pleumeur-Bodou mise en chantier près de Lannion (Côtes d'Armor) dès avril de cette même année, une tour de relais hertzien est érigée à la Barre de Longaulnay, à un jet de pierre du bourg de Bécherel pour relayer vers les réseaux T.V. de la R.T.F. et de l'Eurovision les liaisons transcontinentales du satellite Telstar :


    La tour de La Barre à Longaulnay existe toujours, mais ne sert plus que
    pour la téléphonie mobile. Ses paraboles ont été démontées, remplacées
    par la fibre optique et les liaisons satellite (voir ici).
    Cliquer dans l'image ou ici pour l'afficher en grande taille

    Documents © Delcampe.net et © Google Street View


    Cette tour est d'un type totalement nouveau, qui rompt avec celui précédemment en usage (large maçonnerie carrée surmontée de vastes plateformes, exploitation par du personnel sur place). Elle fait partie d'une liaison totalement nouvelle, mise en place par le département des Lignes à Grande Distance (LGD) du Centre National d'Etudes des Télécommunications (CNET) comme l'explique cet extrait d'un article de la défunte revue Electronique Applications consacré aux Faisceaux hertziens dans son n° 5 de mars 1978 (cliquer ici pour la copie PDF intégrale de cet article, malheureusement de piètre qualité)

    Ainsi que l'explique cet article, la liaison initiée par les P.T.T. en 1956 ne transitera donc pas par Saint-Pern, elle sera directe entre les tours de Cesson-Sévigné, de Longaulnay - La Barre (Bécherel), Trédaniel/Plessala - Bel Air (à 25 km au sud-est de Saint-Brieuc) et Kerien - Roc'H Glaz Bihan (à 17 km au sud de Guingamp) jusqu'au centre émetteur de Roc Trédudon qui sera mis en service en juillet 1961. Des "antennes" de ce faisceau hertzien seront établies, d'une part vers Lannion (et la station spatiale de Pleumeur-Bodou) et Quimper (pour les liaisons téléphoniques interurbaines).



    La tour hertzienne de Trédaniel/Plessala - Bel Air dans les années 60.
    Cliquer
    ici pour voir sa situation en 2009 : à l'inverse de celle de Longaulnay,
    l'extension des faisceaux hertziens a justifié le recours à une seconde structure.

    Documents © Delcampe.net et © Google Street View

    L'inauguration officielle de l'émetteur aura lieu quelques mois plus tard, après les mises au point de divers réglages qui se poursuivent jusqu'à l'automne :


    Document © Ouest-France

    Finalement, le 30 octobre 1959, le premier grand émetteur breton est officiellement inauguré par le ministre Roger Frey accompagné du Directeur Technique de la
    R.T.F., l'inamovible Général Leschi, avec un petit programme spécial humoristique diffusé à cette occasion, prémisse de ce qui allait donner plus tard la voie aux émissions régionales de Bretagne :


    Document © Ouest-France



    L'inauguration du centre R.T.F. de Saint-Pern le 30 octobre 1959
    par Roger Frey, Ministre de l'Information, accompagné du Général
    Marien Leschi, Directeur des Services Techniques de la R.T.F.que
    l'on voit lui présenter un composant des équipements d'émission.
    Noter à la fin le court passage du film humoristique de Georges
    Folgoas diffusé par l'émetteur, avec le comédien Jean Desailly.
    Cliquer dans l'image ou ici pour lire la vidéo, ou faire un clic droit
    choix "Enregistrer la cible sous.." pour la télécharger (taille 10 Mo)
    Ce document muet sur film était destiné au Journal Télévisé national.

    Document © I.N.A.

    Deux émetteurs radio F.M. de 12 kW sont mis en service à Saint-Pern, l'un en 1962 sur 89,9 MHz pour diffuser le programme musical "
    France IV - R.T.F. Haute-Fidélité" et l'autre en 1963 sur 93,55 MHz pour relayer R.T.F. Inter Jeunesse (anciennement Paris-Inter - France I). Un troisième émetteur suivra en 1964 pour France-Culture (auparavant R.T.F. Promotion) sur 98,3 MHz.

    Alors que pour on ne sait quelle raison justifiant ce décalage, la
    Deuxième Chaîne ne devait arriver qu'en 1966, bien après Caen dès 1964 et Nantes et Brest en 1965, sa mise en service est avancée à l'automne 1965 comme pour Nantes. Elle est diffusée sur le canal 45-H avec une puissance crête-image de 50 kW, soit 1000 kW de P.A.R. à l'époque.

    Avec ces mêmes caractéristiques de puissance, la
    Troisième Chaîne suivra dès la fin 1973 sur le canal 42-H, puis TF1 Couleur sera mise en service en 1978 sur le canal 39-H.

    Entre temps, en 1976, les téléspectateurs des îles anglo-normandes voisines voyaient enfin arriver
    en couleur PAL (norme I), non seulement les deux grandes chaînes britanniques rivales BBC1 et ITV, mais ils découvraient aussi enfin, quatorze ans après sa création, BBC2 et ses programmes de haute qualité culturelle et artistique.

    Toutefois, alors que les émissions 405 lignes n'avaient posé aucun problème de cohabitation avec Saint-Pern, il n'en allait pas de même pour les émissions en couleurs à la norme britannique, l'émetteur IBA de Fremont Point retenu pour l'UHF se voyant attribuer, on ne sait pour quelle raison, le quadruplet 41-44-47-51 en polarisation horizontale, avec ses deux premiers canaux venant s'insérer dans le triplet 39-42-45 de Saint-Pern :


    L'émetteur Aqivia (ex-IBA) de Jersey Fremont Point, sur la côte nord de l'île.
    Haut de 135 mètres, ce pylône autoporteur a été récupéré par
    ITV Channel Television pour
    diffuser ses émissions 405 lignes à partir de septembre 1962, après avoir servi à Lichfield
    près de Birmingham de 1956 à 1961. Bien plus élevé et mieux situé que celui de la
    BBC,
    pour desservir l'archipel, il a été retenu pour les émissions 625 lignes UHF à partir de 1976.
    Document © mb21.co.uk

    Pour les téléspectateurs du littoral de l'Ille-et-Vilaine et des Côtes d'Armor, les conséquences de ce voisinage trop proche entre les canaux 41/42 et 44/45 allaient apporter de sérieux problèmes d'interférences pour les utilisateurs d'antennes UHF mal protégées en direction de Jersey. Et pour ceux qui jusqu'à présent regardaient BBC1 et ITV en 405 lignes et souhaitaient passer à la couleur et profiter aussi de BBC2 (puis Channel 4 en 1982), l'installateur était obligé de séparer soigneusement les deux antennes UHF, sérieusement protégées sur leur arrière, ainsi que leurs descentes coaxiales jusqu'à l'entrée d'antenne du téléviseur, avec un commutateur pour passer d'un coaxial à l'autre. Pas très pratique...

    C'est pourquoi, contrairement au littoral normand, où la réception des chaînes britanniques ne rencontrait pas ce problème, pratiquement personne ne s'est équipé en conséquence du côté breton, hormis quelques grands hôtels du littoral accueillant des touristes d'outre-Manche, et la pénétration de ces chaînes y est restée quasi-nulle (même après le passage à la TNT qui autorise les canaux jointifs), d'autant plus que les normes numériques terrestres sont différentes entre les deux pays.

    L'arrêt du 819 lignes en 1983 et l'arrivée de Canal Plus en 1985 vont provoquer à Saint-Pern (comme à Strasbourg, Lyon-Fourvière ou Reims qui partageaient ce même canal F-5 "hors bande III" sur 164-175,15 Mhz) la nécessité de rechercher de nouvelles fréquences VHF pour la chaîne cryptée.

    Par chance, comme pour le Mont-Pinçon, le Royaume-Uni voisin a renoncé à la bande VHF pour la télévision (il la réserve à la radio DAB, bien moins gourmande en fréquences) et Saint-Pern pouvait donc diffuser Canal Plus sur le nouveau canal L07-H (vidéo 192 MHz - audio 198, 50 MHz) qui correspond à peu près à l'ancien canal F9 du 819 lignes (vidéo 190,30 - audio 201.45 MHz). Hormis les téléspectateurs les plus favorisés au niveau du champ radio-électrique, la grande différence de fréquences entre l'ancien canal F5 et le nouveau L07 allait amener certains abonnés à la chaîne cryptée à devoir changer d'antenne VHF.

    Au début des années 80, la station locale Radio-France Armorique obtenait une fréquence de plein exercice, le 103.1 MHz, en remplacement de ses décrochages matinaux sur le 93.5 Mhz de France Inter, avec une puissance apparente rayonnée identique de 100 kW.

    A ce jour, aucune radio FM privée n'est hébergée sur le site TDF de Saint-Pern. Les stations qui ont choisi ce diffuseur émettent depuis la grande tour de Cesson-Sévigné, qui a pris la suite de l'ancien relais hertzien de la "Butte de Coesmes" et qui, voisine de Rennes, assure une meilleure réception dans l'agglomération.

    En décembre 1986, Saint-Pern se voyait attribuer deux émetteurs UHF de 1 kW (soit 17 kW de PAR) : l'un pour La Cinq sur le canal 34-H et l'autre pour TV6 sur le canal 31-H, suffisamment proches en fréquences du triplet pour en utiliser l'antenne omnidirectionnelle avec ses avantages en altitude et en rayonnement. Fin 1987 la puissance de ces émetteurs sera portée à 4 kW (soit 75 kW de PAR) pour couvrir la majeure partie de l'Ille-et-Vilaine et des franges des départements limitrophes.

    En mars 2005, Saint-Pern passait à la Télévision Numérique Terrestre tout en poursuivant ses émissions analogiques jusqu'en juin 2010.

    Entre temps, de février à octobre 2005, la chaîne locale câblée TV Rennes, émettait à titre temporaire en analogique avant d'être diffusée, à partir de 2007, sur le canal analogique 62-H avec une puissance apparente rayonnée de 18 kW. A défaut d'utiliser une antenne UHF large bande ce canal situé loin du quintuplet 31-34-39-42-45 ne permettait pas aux téléspectateurs rennais de la capter correctement sans l'ajout d'une antenne spécifique. Par la suite, la chaîne, renommée TV Rennes 35, est également passée à la diffusion numérique dans des conditions techniques analogues à celles des autres chaînes, lui assurant une bonne couverture de l'Ille-et-Vilaine.



    L'émetteur TDF de Saint-Pern à l'époque de l'analogique et de la bande III...
    Document © Martin Watkins (1996)



    ...et le même, douze ans plus tard à l'ère du numérique terrestre.
    Document © Martin Watkins (mars 2018)



    Au second plan, le bourg de Bécherel avec, à gauche, la tour de relais hertzien
    Cliquer dans l'image ou ici pour découvrir tous les détails en grande taille

    Document © TDF

    Un grand merci à mw963 pour les photographies tirées de sa collection.

    Des éléments et documents complémentaires concernant Saint-Pern vont suivre très prochainement ci-dessous, lesquels seront préparés et mis en ligne par kiki37.

    A suivre : Vannes - Moustoir'Ac puis Brest - Roc Trédudon
    Dernière modification par Colorix ; 12/07/2019 à 11h22.
    Colorix
    Louis Marie Foratier

  7. #857
    Super Moderator Avatar de kiki37
    Date d'inscription
    avril 2013
    Messages
    3 078
    La "vie" de l'émetteur de Saint Pern ne fut pas de tout repos, en témoigne cet article :



    cliquer sur l'image pour agrandir
    Dernière modification par kiki37 ; 13/07/2019 à 16h20.
    "Qui dira toute la malice dont les choses sont capables lorsqu'elles cherchent à vous embêter ?"...E.Aisberg (son C.V.)

  8. #858
    Membre Avatar de Colorix
    Date d'inscription
    juillet 2013
    Messages
    861
    A venir : Vannes Moustoir'Ac
    Colorix
    Louis Marie Foratier

  9. #859
    Super Moderator Avatar de kiki37
    Date d'inscription
    avril 2013
    Messages
    3 078
    réservé pour compléments d'informations
    "Qui dira toute la malice dont les choses sont capables lorsqu'elles cherchent à vous embêter ?"...E.Aisberg (son C.V.)

  10. #860
    Membre Avatar de Colorix
    Date d'inscription
    juillet 2013
    Messages
    861
    A venir : Brest Roc Trédudon
    Colorix
    Louis Marie Foratier

Liens sociaux

Liens sociaux

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages