+ Répondre à la discussion
Page 48 sur 94 PremièrePremière ... 38 46 47 48 49 50 58 ... DernièreDernière
Affichage des résultats 471 à 480 sur 940
  1. #471
    Membre Avatar de Colorix
    Date d'inscription
    juillet 2013
    Messages
    862
    Les antennes d'émission TV en France dans les années 50-60 :
    le Centre-Val de Loire


    1) Bourges - Neuvy Deux Clochers


    Le plan initial de Stockholm de 1952 avait enregistré pour la R.T.F. un projet d'émetteur de télévision situé au centre ondes longues d'Allouis :


    En jaune, l'émetteur prévu à Allouis qui sera déplacé à Neuvy-Deux-Clochers.
    En grisé, les émetteurs voisins planifiés qui sont restés sans suite.

    Source : "Technique de la télévision" (tome 1) par AVJ Martin
    Téléchargeable ici (taille 6 Mo) - © Sté des Editions Radio 1953

    Lors de notre étape Champagne-Ardenne, nous avons vu que ce plan avait été modifié avec le déplacement aux Riceys, près de Troyes (Aube), de l'émetteur initialement prévu près d'Auxerre (Yonne).

    Dès 1954, les P.T.T. avaient établi pour leur faisceau hertzien Sud-Est une tour relais à Perreuse, qui permettrait par la suite de raccorder les émetteurs prévus à proximité, entre autres celui de Bourges mais aussi, plus tard, les émetteurs du Sud-Ouest (Niort, Limoges, Bordeaux...) :




    La tour hertzienne de Perreuse vue du nord-ouest avec, à gauche, les antennes
    systèmeGDH-101"Paris" et "Province" reliant la capitale à Lyon et Marseille.
    A droite, l'antenne à cornet alimentant Neuvy-Deux-Clochers à 57 km à l'ouest.
    Document © Delcampe.net



    De l'autre côté de la tour, deux antennes identiques GDH-101.
    Elles sont dirigées vers le relais de La Chaise, à 75km au sud-est.
    Document © Delcampe.net



    Etape suivante du faisceau hertzien Paris - Sud-Est, la tour de La Chaise
    en plein milieu du massif du Morvan. Elle assurait la liaison entre
    Perreuse et celle du Mont-Afrique, que nous avons déjà découverte
    ici

    Noter le technicien debout à gauche sur le toit de la tour
    Cliquer dans l'image ou
    ici
    pour la voir en grande taille
    Document ©
    Delcampe.net

    Outre les problèmes qui auraient peut-être résulté de la cohabitation de l'émetteur de télévision avec les ondes longues (250 kW en 1953, 500 kW en 1956) et les nombreux émetteurs ondes courtes de 50 ou 100 kW au centre d'Allouis, le transfert par la R.T.F. de l'émetteur d'Auxerre vers Troyes a peut-être été également une conséquence du déplacement de celui de Bourges vers Neuvy-Deux Clochers, plus à l'Est (et donc plus près du faisceau hertzien passant à Perreuse) :



    Les sites R.T.F.d'Allouis (ondes longues et courtes en 1956) et Neuvy-Deux-Clochers
    Document © Google Maps

    Au contraire d'Allouis, le site retenu sur le plateau forestier des Poteries dans la commune de Neuvy-Deux-Clochers, bénéficie d'une altitude de 400 mètres, ce qui permet à la R.T.F. d'édifier un pylône de 170 mètres seulement, dont les résultats en terme de portée dépasseront très largement les prévisions des techniciens. Le canal retenu est le F-9 en polarisation horizontale avec une puissance crête-image de 20 kW.

    Alors que jusqu'à présent la R.T.F. a eu recours à des édifices existants (Tour Eiffel, Beffroi de Lille), ou des sommets élevés évitant le recours à des mâts (Pilat, Marseille, Pic de l'Ours...) c'est le premier pylône en treillis haubané d'émission à grande puissance surmonté d'un pylônet supportant des jeux de panneaux rayonnants à son sommet. Il sera suivi de plusieurs autres du même type, en polarisation horizontale (Metz, Rennes, Brest, Bordeaux...) comme verticale (Reims, Dijon, Le Mans, Niort...) ou même les deux (Bouvigny) :




    Le centre émetteur R.T.F. de Neuvy-Deux-Clochers en 1956.
    Document © Delcampe.net




    Noter la tour hertzienne P.T.T. séparée du pylône de la R.T.F.
    A l'époque, les deux administrations coexistent, les faisceaux hertziens
    restant pour quelque temps encore le monopole exclusif des "postiers".


    Comme à Besançon, les commerçants ont profité de la mise en service de l'émetteur de télévision à la même époque que leur Foire pour rendre celle-ci encore plus attractive aux yeux du public :




    Inauguration de la Foire au Palais des Expositions de Bourges et de
    l'émetteur TV régional de Neuvy-Deux-Clochers le 19 mai 1956.
    Avec l'âge, ce film a pris un caractère assez comique : défilés de
    notables, coupures de rubans tricolores et costumes folkloriques.
    Ne manquez pas le photographe du mariage à Neuvy : un must !

    Cliquez sur l'image pour voir la vidéo
    Si votre navigateur n'affiche pas la vidéo, faire un clic droit ici
    (choix
    "Enregistrer la cible...") pour la visionner sur votre disque dur (taille 11 Mo)

    Document © I.N.A.


    La R.T.F. avait fort bien choisi son site pour couvrir le centre de la France, sa portée se révélant très grande - parfois supérieure à 100 km - des portes de Tours à l'ouest, à celles d'Auxerre et Moulins à l'est, et de Nemours au nord à Guéret et Vichy au sud. La carte ci-dessous en donne la zone de réception théorique
    mais même dans ces villes il était parfois possible de capter cet émetteur dans des conditions correctes :



    Document revue technique Le Haut-Parleur© 1961

    Courant 1964, comme dans toutes les autres régions de France, le centre émetteur de Neuvy-Deux-Clochers se voit attribuer les informations régionales de sa zone de diffusion car à l'époque c'est cette dernière qui sert à délimiter les "régions ORTF" : celles-ci n'ont rien à voir avec les régions administratives qui seront officiellement créées vingt ans plus tard.

    Ainsi la Touraine, qui reçoit majoritairement l'émetteur de Mayet, n'est pas couverte par le journal de Bourges mais par celui du Mans ("Maine Anjou Touraine Perche"), lui aussi capté, nous le verrons, dans une très vaste zone.

    Le journal "Centre Actualités" - inauguré comme à l'habitude par Alain Peyreffitte, ministre de l'Information - est préparé par les journalistes dans des bureaux situés dans la Maison de la Culture de Bourges. Au pied de l'émetteur, dans des bâtiments préfabriqués, tout le monde se loge tant bien que mal pour produire le journal du soir : tirage, étalonnage et montage des films (et des bandes magnétiques audio éventuelles), techniciens du journal et ceux de la diffusion, présentateur, speakerine et invités du journal télévisé.

    En 2011, la mairie de Neuvy-Deux-Clochers a consacré un journal municipal très bien documenté consacré aux débuts du journal régional qui, dix ans plus tard en 1974, a émigré à Orléans, retenue comme capitale de la région Centre (devenue depuis Centre-Val de Loire), dans une "Maison de l'ORTF" entièrement neuve et fonctionnelle.

    Voici notamment l'une des deux speakerines, Danielle Crochet, photographiée pendant le journal télévisé dans le studio au pied du pylône dans les années 60 :


    Cliquer ici pour télécharger et visionner en PDF les pages du Bulletin
    Municipal de l'été 2011 consacrées à
    "Centre Actualités" (taille 1,4 Mo)
    Documents © Mairie de Neuvy Deux Clochers

    Une interview dans ce même journal nous permet de savoir que, travaillant en plus à la Poste, Danielle Crochet ne se limitait pas à la présentation de la météo et au lancement du JT. Elle pouvait aussi assurer le script de ce dernier, ainsi que l'illustration sonore de reportages ou même le montage de films. Ainsi que cela a été souvent relaté lors des divers anniversaires des 50 ans de TV en régions, ce cas n'était pas rare pour les personnels "intermittents rémunérés au cachet" (traduire : "payés au lance-pierre"). Par manque de moyens financiers et logistiques, les débuts des journaux télévisés dans les 24 stations régionales comportaient beaucoup d'embauches sans prérequis et de formations "sur le tas", aucun personnel spécialisé n'étant déjà existant, hormis les quelques journalistes, cameramen et techniciens de régie formés à Paris, parfois sur une durée très courte.

    En 1966, le pylône se voit modifié en hauteur (portée à 192 mètres) et en aspect, avec l'adjonction d'une antenne UHF diffusant la Deuxième Chaîne sur le canal 26-H avec une puissance crête-image de 50 kW (soit 1000 kW de P.A.R.) :


    Le centre émetteur de Neuvy-Deux-Clochers et sa nouvelle antenne UHF en 1966.
    Document © Delcampe.net

    Bien sûr, l'adjonction d'émetteurs UHF intercalaires était indispensable car la couverture du canal 26 était bien moins grande que celle du 9-H.

    De plus, la régionalisation en préparation prévoyait que la région Centre, bien que toujours rattachée à la Direction régionale "Paris-Normandie-Centre", aurait elle-même une couverture très vaste avec l'intégration de la Touraine et de l'Eure-et-Loir : Orléans-Trainou et Argenton-sur-Creuse Malicornay pour combler les zones d'ombre de Neuvy, mais aussi Tours-Chissay pour remplacer le journal régional de Mayet désormais recentré sur les futurs Pays de la Loire, et Chartres-Montlandon pour couvrir l'Eure-et-Loir, jusque-là tiraillée entre les trois émetteurs de Paris-Tour Eiffel, Le Mans-Mayet et Rouen-Grand Couronne... nous reviendrons sur ces divers émetteurs dans la suite à venir de cette étape "Centre-Val de Loire".

    Entre temps, FR3 Centre arrivait courant 1975 à Neuvy Deux Clochers sur le canal 29-H puis TF1 Couleur en avril 1979 sur le canal 23-H.

    En 1984 le canal F9-H de TF1 819 lignes avait définitivement cessé d'émettre. Il allait laisser la place quelque temps plus tard au nouveau canal L08-H avec une puissance apparente rayonnée de 210 kW assurant à Canal Plus une vaste zone de réception quasi-identique à celle de son prédécesseur.

    Dans le courant des années 85-87, La Cinq sur le canal 21-H puis M6 sur le canal 56-H se voyaient attribuer une même P.A.R. (130 kW). Toutefois, alors que la Cinq bénéficiait du même jeu d'antennes que les trois premières chaînes, M6 devait se contenter de panneaux moins importants et moins performants ajoutés sous la plateforme supérieure du pylône. La réception déjà quasi-impossible avec les antennes bande IV d'origine, l'était encore moins avec cet équipement de fortune. M6 devra, comme dans de nombreux autres cas analogues (voire pires, comme en Bourgogne Franche-Comté) attendre l'arrivée de la T.N.T. pour bénéficier de conditions de diffusion identiques à celles de ses concurrentes.

    A ces émetteurs s'ajoutait aussi un relais de FR3 Bourgogne sur le canal 43-H avec une P.A.R. de 34 kW et un diagramme directionnel orienté vers l'Yonne toute proche.

    Depuis, Neuvy-Deux-Clochers diffuse toutes les chaînes de la T.N.T. (y compris le relais France 3 Bourgogne), mais pas de chaîne locale.

    Pour ne rien oublier, le centre émet les trois radios FM nationales de Radio-France ainsi que France Bleu Berry.

    Dès 1958 il avait été équipé de deux émetteurs de 12 kW relayant France II Régional sur 93,5 MHz (puis par la suite, RTF Haute-Fidélité sur 93,0 MHz) et France III National sur 89 MHz, aucun émetteur ondes moyennes n'étant installé dans cette région.


    Le centre TDF de Neuvy-Deux-Clochers en 2005, avant l'arrivée de la T.N.T.
    Noter le petit panneau UHF diffusant M6, juste sous la plateforme supérieure.

    Cliquer dans l'image ou
    ici pour voir l'image en grande taille avec tous ses détails

    Document © T.D.F.


    Dernière modification par Colorix ; 14/03/2018 à 20h54.
    Colorix
    Louis Marie Foratier

    •   Alt 

      Réclame

       
       

  2. #472
    Membre Avatar de Colorix
    Date d'inscription
    juillet 2013
    Messages
    862
    .
    2) Les émetteurs intercalaires de la région Centre-Val de Loire


    L'émetteur Deuxième Chaîne de Neuvy-Deux-Clochers sur le canal 26 UHF, malgré sa puissance de 50 kW (1000 kW de P.A.R.), n'avait pas une zone de couverture aussi grande que celle de la Première Chaîne en VHF.

    Il était donc nécessaire, pour couvrir toute la région Centre, d'implanter des émetteurs intercalaires assurant la réception de la nouvelle chaîne dans les départements du Loiret, de l'Indre, de l'Indre-et-Loire et de l'Eure-et-Loir, mal couverts par les émetteurs UHF principaux de Bourges, Paris, Le Mans et Niort, ou hors de leur portée.



    a) Chartres Montlandon


    Premier à être mis en service dans l'ordre chronologique, en 1968, l'intercalaire de Chartres-Montlandon assure un rôle important dans le désenclavement de l'Eure-et-Loir qui ne reçoit pas les actualités de la région Centre à laquelle ce département est destiné à appartenir : l'est reçoit la
    Première Chaîne de la Tour Eiffel, le nord capte Rouen Grand-Couronne, et le sud-ouest est plus ou moins bien desservi par Le Mans Mayet. Dans quelques cas en limites du département, leurs émetteurs Deuxième Chaîne sont également captés, mais dans des conditions moins favorables.

    Le choix du site se porte à mi-chemin entre Chartres et Le Mans, sur les collines du Perche, en bordure de la route nationale RN23 assurant la liaison entre Paris, la Bretagne, l'Anjou et la Vendée. L'autoroute Océane n'existant pas encore, les vacanciers pris dans les inévitables bouchons du village de Montlandon ont tout le loisir de regarder le pylône tubulaire supportant les antennes FM et UHF bande V assurant, enfin, la diffusion des actualités régionales de Bourges puis d'Orléans pour l'ensemble du département, et même au-delà (notamment le sud-est de l'Orne) sur le canal 50-H avec une puissance de 10 kW (soit environ 250 kW de puissance apparente rayonnée), libérant ainsi Le Mans - Mayet de l'actualité dans le Perche :




    L'émetteur intercalaire de Montlandon à la fin des années 60, peu après sa mise en service
    Document © Delcampe.net

    Par la suite, ce centre recevra dans les années 70 un réémetteur hybride en 819 lignes UHF de 250 Watts relayant TF1 sur le canal 32-H à destination de Montlandon et de ses environs. A
    l'automne 1979, celui-ci laissera la place à un émetteur de 10 kW sur le canal 55-H diffusant TF1 Couleur, précédé en 1977 d'un autre sur le canal 53-H diffusant FR3 et ses actualités de la région Centre.

    En 1987, Montlandon est l'un des premiers émetteurs de l'ouest à diffuser la Cinq dès décembre 1986 sur le canal 47-H avec un émetteur de 2 kW. M6 suivra avec une puissance identique environ un an plus tard sur le 44-H.

    Dans le cadre du développement de la couverture de ses différentes régions, France 3 bénéficiera également d'un émetteur, un peu moins puissant, sur le canal 34-H avec un diagramme d'antenne directionnel orienté vers le sud-est de l'Orne pour y proposer les programmes régionaux Basse-Normandie émis de Caen.

    A ces divers émetteurs TV s'y ajoutaient trois de 2 kW en radio FM relayant les émissions de France Inter sur 94,5 MHz, France Culture sur 98,1 MHz et France Musique en stéréo sur 89,7 MHz . Ils sont toujours en service, seulement rejoints par des relais des quatre opérateurs
    de téléphonie mobile :


    De nouvelles chaînes sont arrivées, puis le passage à la TNT, mais
    l'aspect général du pylône n'a pas beaucoup changé depuis 1968

    Cliquer dans l'image ou ici pour l'afficher en
    très grande taille et mieux voir les détails
    Document © TDF


    Fixés sous la plateforme supérieure sous le cylindre UHF au sommet, les panneaux
    du canal 34 diffusant
    France 3 Basse-Normandie vers le sud-est de l'Orne.

    Pour mieux les observer, cliquer dans l'image
    ou ici pour l'afficher en très grande taille
    Document © TDF



    Cliquer dans l'image ou ici pour l'afficher en
    très grande taille et mieux voir les détails
    Document © TDF


    b) Tours Chissay

    Avant la création des régions administratives initiées dans les années 70, le département d’Indre-et-Loire (correspondant approximativement à l'ancienne Touraine) recevait majoritairement la Première Chaîne VHF sur l'émetteur du Mans Mayet au lieu de Neuvy Deux Clochers.

    C'est pourquoi le journal régional diffusé par Mayet, du fait de la vaste zone de réception due à la hauteur élevée de son mât (300 mètres), s'appelait
    "Maine Anjou Touraine Perche" puisqu'il couvrait l'actualité de ces quatre anciennes provinces.

    Par ailleurs, dans l'Indre-et-Loire et le Loir-et-Cher voisin, la Deuxième Chaîne diffusant aussi les journaux régionaux était reçue dans leurs moitiés nord sur Mayet, tandis que le canal 26 de Neuvy Deux Clochers
    ne parvenait pas jusqu'à eux. L'implantation d'un émetteur intercalaire destiné à combler ces lacunes dans la région de Tours s'avérait donc nécessaire.

    On notera que dès 1952 un site avait été envisagé dans le cadre du Plan de Stockholm, qui, comme ceux d'Auxerre et Chaumont, ne fut jamais créé, sans doute justement du fait du déplacement vers Neuvy-Deux-Clochers de celui
    initialement planifié à Allouis et surtout de la zone, bien plus grande que prévu, finalement couverte par Mayet :


    La zone de réception initialement envisagée pour l'émetteur VHF
    (jamais construit) de Tours était aussi grande que celle du Mans
    Source : "Technique de la télévision" (tome 1) par AVJ Martin
    Téléchargeable ici (taille 6 Mo) - © Sté des Editions Radio 1953

    Une quinzaine d'années plus tard, un pylône tubulaire de 200 mètres est édifié et mis en service par l'ORTF à Chissay dans le Loir-et-Cher, à 30 km à l'est de Tours et 30 km au sud-ouest de Blois, pour diffuser dès 1969 la Deuxième Chaîne sur la Touraine et y relayer les émissions régionales de la région Centre. Sa couverture n'est toutefois pas complète, car les habitants du nord de l'Indre-et-Loire ne le reçoivent pas et ne peuvent capter que le puissant émetteur de Mayet (1) lequel depuis, a concentré ses journaux sur le Maine et l'Anjou, le Perche lui ayant déjà été retiré avec la mise en service de Chartres-Montlandon :


    Comme la plupart des pylônes intercalaires construits à cette époque
    celui de Chissay est tubulaire et diffuse la radio FM et la télévision UHF

    Cliquer dans l'image ou ici pour l'afficher en
    très grande taille et mieux voir les détails
    Document © Martin Watkins 2003

    Comme celui de Montlandon, l'émetteur de télévision de Chissay possède une puissance de 10 kW crête-image, soit environ 250 kW de puissance apparente rayonnée (PAR). Il émet la Deuxième Chaîne ORTF sur le canal 59-H. Un second émetteur diffusant FR3 Centre suivra en 1975 sur le canal 62-H, rejoint par celui de TF1 Couleur à l'été 1977 sur le canal 65-H.

    Le diagramme de rayonnement de l'émetteur est favorisé vers l'est et l'ouest, à savoir le long de la Loire, dont les coteaux de la rive nord rendent très difficile la réception de Mayet en certains endroits. (1)

    Parallèlement, trois émetteurs de radio à modulation de fréquence de 3 kW relaient France-Inter (99,9 MHz), France-Culture (97,8 MHz) et France-Musique en stéréo (92,2 MHz). Comme il est d'usage à l'époque, leurs antennes sont à polarisation horizontale :



    Au-dessus de la plate-forme inférieure, les panneaux d'antennes FM en polarisation horizontale
    Cliquer dans l'image ou ici pour l'afficher en
    très grande taille et mieux voir les détails
    Document © Martin Watkins 2003

    Chissay ne relayait pas la Première Chaîne 819 lignes qui était plus ou moins bien reçue dans l'agglomération de Tours sur le canal F12-V de Mayet. Un réémetteur de 3 Watts (canal F10-H) piloté par cet émetteur fut mis en service sur le toit de la Tour U, Place du Sanitas. Toutefois, l'écart de 2 MHz seulement entre la porteuse vidéo du réémetteur (199,70 MHz) et celle du son de Mayet (201,70 MHz) posait des problèmes d'interférences pour certains téléspectateurs (1)

    Sur le même site fut mis aussi en service un petit émetteur FM de 50 Watts diffusant France-Inter avec des émissions locales sur 98,7 MHz. Par la suite, en 1991 à la faveur de la création de la radio locale France Bleu Touraine, il sera conforté par un émetteur de 3 kW à Chissay fonctionnant sur 105 MHz.

    Au milieu des années 80, le réémetteur 819 lignes fut converti à la norme L' pour relayer Canal Plus sur le nouveau canal L10-H avec une PAR de 100 Watts. Mayet étant désormais sur le canal L05-V, les risques d'interférences mutuelles étaient désormais neutralisés.

    Par la suite, bénéficiant, fait rare, d'une puissance de 100 kW de PAR, La Cinq et M6 se virent attribuer deux canaux proches du "triplet" de 400 kW existant (respectivement le 57-H et le 54-H), évitant ainsi à la majorité des téléspectateurs, ainsi "initialisés", de devoir s'équiper d'une antenne large bande ou d'un deuxième "râteau".

    Il n'en allait pas de même pour la chaîne locale TV-Tours qui, à partir de 2005, dut se contenter du canal 30-H avec une puissance limitée à 20 kW de PAR.

    Depuis 2006, Chissay diffuse toute les chaînes de la TNT, locale incluse, dans des conditions de réception équivalentes. Il héberge également des équipements de téléphonie mobile de l'opérateur SFR.


    (1) Informations reçues de kiki37, merci à lui !
    ......Merci également à mw963 (Martin) pour ses photos de Chissay prises en 2003

    Rappel : dans des précédents messages,nos deux amis avaient évoqué Tours et Chissay, voici ci-dessous leurs échanges dans l'ordre chronologique, avec des photos du site de Thierry Vignaud
    :
    1)
    Post #84 : Canal F3 jamais utilisé et réémetteur du Sanitas (kiki37) : voir ici
    2) Posts #90+91: émetteur fantôme "Val-de-Loire"et Montlouis (mw963 et kiki37) : voir ici
    3) Posts #126+127: réémetteur Montrichard + Photos de Thierry Vignaud: Chissay et Sanitas (kiki37) : voir ici


    3) Orléans Trainou

    Dans sa réception de la Première Chaîne depuis Neuvy Deux Clochers, la situation du Loiret était à peu près identique à celle de l'Indre-et-Loire et du Loir-et-Cher son voisin, si ce n'est qu'au lieu de Mayet, c'était la Tour Eiffel qui arrivait au nord du département, et que contrairement à Tours, l'agglomération d'Orléans était, elle, à portée de l'émetteur de Bourges.

    Pour la Deuxième Chaîne couleur, il n'en allait pas de même, sa portée étant nettement inférieure. L'implantation d'un émetteur intercalaire fut donc planifiée pour une mise en service en 1969, et l'ORTF porta son choix sur un terrain dégagé en lisière de la forêt, au sud du village de Trainou, à une quinzaine de kilomètres à l'est d'Orléans :


    En lisière de forêt d'Orléans, le centre intercalaire FM-UHF implanté par l'ORTF en 1969.
    Au second plan, le village de Trainou dont il porte le nom.
    Cliquer dans l'image ou ici pour l'afficher en
    très grande taille et mieux voir les détails
    Document © TDF

    De conception tubulaire identique et de même hauteur (200 mètres) que ceux de Montlandon et Chissay, le pylône haubané de Trainou assure une excellente couverture de l'ensemble du Loiret, de l'est du Loir-et-Cher et du sud de l'Eure-et-Loir pour la Deuxième Chaîne sur le canal 29-H avec une puissance crête-image de 4 kW (soit environ 100 kw de PAR) :


    Noter presque à mi-hauteur, le réflecteur passif assurant la liaison avec
    la tour de faisceau hertzien de la station régionale d'Orléans-La Source
    et, fait rare sur ces pylônes, une parabole de faisceau en tête de mât.

    Cliquer dans l'image ou ici pour l'afficher en
    très grande taille et mieux voir les détails
    Document © TDF

    Le lundi 2 août 1971, le journal télévisé régional a quitté
    l'émetteur de Neuvy Deux Clochers pour un tout nouveau C.A.T. (Centre d'Actualités Télévisées) dans le quartier d'Orléans-La Source où il passera à la couleur en 1978 :


    Vidéo évoquant les 50 ans de France 3 Centre-Val de Loire en 2014
    Invité de Flavien Texier dans l'émission
    "On a retrouvé la mémoire"
    l'ancien monteur film Jean-Paul Rossignoles commente les étapes
    ayant marqué l'évolution de la station depuis sa création en 1964.


    Document France 3 Centre-Val de Loire 2014 © I.N.A

    Cliquez dans l'image ou ici pour voir la vidéo
    Attention celle-ci est en HD 720p (taille 150 Mo)

    Si votre connexion est trop lente ou si votre navigateur n'affiche
    pas la vidéo, faire un
    clic droit
    ici choix "Enregistrer la cible..."


    Entre temps, Trainou devenu émetteur pilote pour les décrochages régionaux, diffuse FR3 Centre sur le canal 45-H
    à partir de 1975 avant d'accueillir TF1 Couleur sur le canal 42-H à l'été 1979 :


    En 2003, avant la généralisation récente des liaisons satellite y compris avec les bureaux
    locaux de
    France 3 (Bourges, Tours, Chartres...) ou les reportages en direct, Trainou, est
    encore relié par de nombreux faisceaux hertziens avec les autres émetteurs de son groupe
    .
    Cliquer dans l'image ou ici pour l'afficher en
    très grande taille et mieux voir les détails
    Document © Martin Watkins 2003

    Le centre est également équipé dès ses débuts, de trois émetteurs FM de 3 kW relayant France-Inter sur 99,15 MHz, France-Culture sur 95,80 MHz et France-Musique en stéréo sur 90,70 MHz. Ils seront rejoints en 1985 par un quatrième émetteur de même puissance diffusant Radio-France Orléans
    (devenue depuis France Bleu Orléans) sur 100,9 MHz :


    Très beau gros plan sur les panneaux d'antennes FM situées presque 200 mètres au-dessus
    du photographe. Nous sommes en 2003, mais elles sont encore en polarisation horizontale.
    L'arrivée de la station locale de Radio-France huit ans plus tôt n'a pas, comme dans d'autres
    centre
    s, provoqué leur passage à la polarisation mixte pour faciliter l'écoute en automobile.
    Noter les paraboles de faisceaux hertziens au-dessus, une particularité de Trainou.

    Cliquer dans l'image ou ici pour l'afficher en
    très grande taille et mieux voir les détails
    Document © Martin Watkins 2003

    Au milieu des années 80, deux émetteurs UHF de puissance quasi-équivalente à celle du "triplet" existant diffusent La Cinq sur le canal 52-H et M6 sur le canal 36-H, tous deux "initialisés" pour la majorité des antennes de réception existantes.

    Courant octobre 2005, Trainou est passé à la T.N.T. dont il diffuse désormais l'ensemble des chaînes. Il sera complété par la suite par quelques réémetteurs initialement non prévus pour le passage au numérique (Orléans-Dunois, Montargis, Pithiviers...).

    De mars 2007 à mars 2011, l'émetteur a aussi diffusé
    Orléans TV, une chaîne locale initialement montée par le groupe Hersant (ancien co-propriétaire de La Cinq), qui, reprise en 2009 par un autre groupe, a rencontré des difficultés financières importantes et a dû cesser ses émissions.

    Enfin, Trainou accueille aussi les quatre opérateurs nationaux de téléphonie mobile sur son pylône.


    4) Argenton-sur-Creuse Malicornay

    L'émetteur Deuxième Chaîne de Neuvy Deux Clochers, qui ne pouvait atteindre ni le nord ni l'ouest de la zone de réception de celui de la Première Chaîne, éprouvait les mêmes limitations avec le sud de cette même zone.

    L'installation d'un autre émetteur intercalaire s'imposait donc également à l'ORTF, qui choisit le site de Malicornay, au sud-est d'Argenton-sur-Creuse, dans le département de l'Indre.

    Là une fois encore, c'est un pylône tubulaire de 200 mètres de haut qui sera mis en service en 1971 avec un émetteur UHF de 4 kW diffusant la Deuxième Chaîne sur le canal 40-H :


    L'émetteur TDF de Malicornay vu du nord-ouest. Dans le lointain, le sud du département
    de l'Indre et, au-delà vers Montluçon, les premiers contreforts du massif du Bourbonnais
    Cliquer dans l'image ou ici pour l'afficher en
    très grande taille et mieux voir les détails
    Document © TDF

    La zone de réception recouvre celles, en limite de zone de service, de Neuvy Deux Clochers à l'est, de Mayet et de Chissay au nord, et de Niort-Maisonnais à l'ouest.

    Le centre accueille aussi trois émetteurs FM de 2 kW relayant France-Inter sur 93,45 MHz, France-Culture sur 89,80 MHz et France-Musique en stéréo sur 97,20 MHz. En 1982, ils seront rejoints par la radio locale de Radio-France à Châteauroux, Radio Berry-Sud (maintenant France Bleu Berry Sud) qui reprendra le 93,5 MHz de France-Inter. Cette dernière,
    avec une même puissance de 2 kW, passera sur 101,9 MHz, plus proche de ses concurrentes périphériques regroupées en haut de la bande FM.

    Le sud de l'Indre devra attendre 1977 pour recevoir FR3 Centre sur le canal 43-H puis puis TF1 Couleur en décembre 1979 sur le canal 46-H.

    Dès le début des années 70, l'ORTF avait installé un réémetteur "hybride" 819 lignes UHF de 25 Watts (PAR 350 Watts environ) au sud-ouest de Châteauroux,
    à Saint-Maur, Destiné à conforter la réception de la Première Chaîne de Neuvy, il émettait sur le canal 48H, immédiatement proche du futur "triplet" de Malicornay. On dispose de peu d'éléments concernant le site exact de cet ancien réémetteur; mais après recherches il semblerait que celui-ci se trouvait à peu près dans l'axe entre Châteauroux et Malicornay, le long de la RN 920 au lieu-dit "Les Terres Légères", ce qui devait permettre, le cas échéant, d'utiliser une même antenne UHF pour capter les deux sites. Il est probable que ce réémetteur était à l'emplacement de l'actuel pylône autoporteur ci-dessous, haut de 65 mètres, qui héberge les trois plus anciens opérateurs de radio-téléphonie :


    Le site probable de l'ancien réémetteur UHF de TF1 puis de Canal Plus à St-Maur,
    près de Châteauroux. Complément local utile de Malicornay dans le chef-lieu de l'Indre,
    il a disparu depuis l'extinction de l'analogique par
    Canal Plus en 2010.
    Cliquer dans l'image ou le lien ci-dessous pour ouvrir la page Google Street View

    Document © Google Street View


    Après l'arrivée de TF1 Couleur sur Malicornay, Saint-Maur a continué en parallèle, en basculant du 819 lignes vers le 625 lignes SECAM, avant de relayer Canal Plus par la suite sur ce même canal 48-H. Devenu inutile avec l'arrivée de la T.N.T. sur Malicornay, il a été éteint lors de l'arrêt de l'analogique de Canal Plus en 2010.

    Dans la deuxième moitié des années 80, Malicornay a reçu deux émetteurs UHF de 1 kW crête-image (20 kW de PAR) diffusant La Cinq sur le canal 38-H et M6 sur la canal 51-H.



    Depuis 2015, bien qu'accueillant plusieurs opérateurs concurrents dans la gestion
    de ses divers multiplex, ce centre
    TDF ne diffuse plus toutes les chaînes de la TNT.
    Cliquer dans l'image ou ici pour l'afficher en
    très grande taille et mieux voir les détails
    Document © TDF

    Ce centre intercalaire est passé au numérique le 15 juin 2006, et diffusait toutes les chaînes jusqu'en 2015, y compris la chaîne locale BIP-TV (Berry Issoudun Première) depuis fin 2006.

    Depuis, la société ITAS a construit, à 1 km à vol d'oiseau au nord-est de celui de TDF, un pylône autoporteur de 200 mètres diffusant le multiplex R6 uniquement (TF1, TMC, TFX, NRJ12 et LCP) :



    Le pylône autoporteur de 200 mètres mis en service
    par
    ITAS en 2016 à Malicornay sur le modèle de celui
    de même hauteur construit à Hirson en juin 2015.
    Cliquer dans l'image ou ici pour accéder à la page
    du site ITAS présentant le pylône jumeau d'Hirson
    en photos et avec une vidéo filmée avec un drône.
    Document © ITAS


    Pour conclure cette visite en Centre - Val de Loire, kiki37 l'a complétée avec un intéressant article de la revue technique "Antennes" de Télédiffusion de France consacré à la lutte contre les zones d'ombre en 1978 dans cette région. Cliquez ici pour y accéder.


    Pour l'étape suivante de notre Tour de France des émetteurs, la Normandie : cliquer ici.
    Dernière modification par Colorix ; 02/07/2018 à 03h41.
    Colorix
    Louis Marie Foratier

  3. #473
    Membre
    Date d'inscription
    décembre 2013
    Localisation
    Au nord de l'Etoile
    Messages
    19
    Merci beaucoup Colorix pour les infos sur Perreuse et Planchez (appellation PTT) : j'aime en particulier les cartes postales (rares) datant des premières années !

    Olivier

  4. #474
    Membre
    Date d'inscription
    août 2014
    Localisation
    Devon RU et 24 France
    Messages
    189
    Un grand merci de ma part Colorix pour cette etape.

  5. #475
    Membre Avatar de Colorix
    Date d'inscription
    juillet 2013
    Messages
    862
    Citation Envoyé par Olivier13 Voir le message
    Merci beaucoup Colorix pour les infos sur Perreuse et Planchez (appellation PTT) : j'aime en particulier les cartes postales (rares) datant des premières années ! Olivier
    Merci Olivier ! Quand je trouve des vieilles cartes de ces tours hertziennes, j'essaie de les intégrer aux rubriques des émetteurs dont elles sont voisines. Il y en a déjà plusieurs dans les pages qui précèdent : Villers-Cotterets, Vrigny, le Mont Saint-Quentin, Dabo, le Mont Afrique... nous allons essayer de continuer dans les étapes qui suivront. Mais ce n'est pas toujours fréquent d'en trouver. Par exemple, moi qui vis près de Nantes, je n'ai pas réussi à trouver une photographie de l'ancienne tour relais de Saint-Herblain, qui était surmontée de deux grosses antennes GDH-103. Elle a été remplacée dans les années 70-80 par la tour actuelle, bien plus grande et qui maintenant ne sert plus que de relais de téléphonie mobile, comme nombre de ses congénères qui au moins, grâce à ça, échappent pour l'instant aux engins de démolition.

    Citation Envoyé par mw963 Voir le message
    Un grand merci de ma part Colorix pour cette etape.
    Cher Martin, quelle joie de te revoir !!!! Merci pour ton message sympa.
    I do hope that you and Mrs W. are well.
    A bientôt pour la suite de cette étape.
    Colorix
    Louis Marie Foratier

  6. #476
    Membre
    Date d'inscription
    mars 2011
    Messages
    291
    REGION ALSACE EQUIPEMENTS HERTZIENS EXISTANT OU AYANT EXISTE.

    Petit reportage photo sur les stations radioélectriques implantés au Grand Ballon dans le massif des Vosges du Sud-Alsace.

    Le radar, aspect, implantation, dégagement et visibilité ( au fond le massif du Jura suisse dont le Chasseral et sa tour hertzienne gerée par Swisscom, puis les Alpes Suisses du Valais et françaises. On distingue le Mont-Blanc, quasi dans l'axe, à 234 Km )


    https://www.heywhatsthat.com/?view=CK49XV9N


    Le site, versant nord vue (2018) depuis le col du Haag 1250 m. Le radar de l'aviation civile (et autres antennes VHF) comportant une table d'orientation panoramique avec vues sur les Vosges, Jura (F-CH), Forêt Noire (D) , et les Alpes F, CH, ITA, AUT, LIE.


    Sur la carte indiquant "Guebwiller" il s'agit en fait du Grand-Ballon, point culminant du massif des Vosges et du Grand-Est situé à 25 km au N/O de Mulhouse (voir source Wikipedia) qui avait accueilli un pylône TV de 18 m de haut pour un émetteur Noir/Blanc 819 lignes d'alors, comme le montre cette photo prise sur la partie N/E dans la fin des années 50. On observe aussi le bâtiment des télécoms et son monte-charges..
    Nb: la mention "Ballon de Guebwiller" n'est plus retenue, car sa partie sommitale (>1400 m) est située sur le ban des communes de Geishouse, Goldbach, Murbach, Lautenbach et Soultz.
    Le pylône télé et le bâtiment télécom seront détruits en 1998..


    http://img110.xooimage.com/files/4/3...50-537238c.jpg

    autres vues:
    -
    -

    Grand Ballon années 60:


    Pylône TV VHF III de l'ex RTF:




    En fait l'ex RTF avait finalement choisi un site en plaine d'Alsace, à Mulhouse, alors que les allemands et le suisses ont, eux, confirmés l'avantage de la diffusion TV ou radio (Dab+) depuis des points hauts sur les massifs de la Forêt Noire ou du Jura. On paye aujourd'hui la "clairvoyance " des décideurs français d'alors... puisque la TNT allemande ( déjà en DVB-T2 Hevc H 265 * ) est plus facilement reçue que la TNT française...

    Depuis 1998, le site a bien évolué puisque la DGAC (aviation civile CNRA Est ) y exploite un radar monopulsé UHF ~ 1000 Mhz cohabitant (séparation 35m) avec qlq antennes de télécommunications VHF, travaillant sur la fréquence des ~ 120 Mhz,** et cela sur 2 mâts autoportants (autostables) de près de 35 m de haut. Le diamètre de la sphère, ou radôme, 9 m, porte la hauteur bâtiment à 18 m).L'altitude de l'antenne radar se situe à 1435.5 m à 68 Geishouse/Goldbach

    La vision porte jusqu'aux Alpes du Tyrol autrichien, 254 Km...., mais le radar exploite jusqu'à 400 km...

    Les antennes de communication en VHF en polarisation Verticale:


    antennes Grand ballon: http://img110.xooimage.com/files/5/7...ce-537e8f1.jpg

    Vue en coupe du radar:


    http://img110.xooimage.com/files/7/4...ce-537a01d.jpg

    Vue plus globale:
    [URL=http://img110.xooimage.com/views/c/3/b/grand-ballon-rada...t-webcam-5372285.jpg/][max atteint /URL]
    les webcams et les données météo sont consultables:

    - relevés http://www.infoclimat.fr/observation...lon/000S8.html

    Webcams Grand Ballon au Chalet Hotel N/E et N/O:

    - Cam Nord-Est ~ 1355 m N°2: http://infoclimat.org/alsavosges/web...llon/photo.jpg
    Direction sensible : Colmar, Centre Alsace, centre et nord Forêt Noire
    angle vue: http://img110.xooimage.com/files/3/b...e-537830b.jpeg

    - Camera Sud Est alt 1360 m, N°1: http://infoclimat.org/alsavosges/web...lon/photo1.jpg
    direction sensible Mulhouse Sud Alsace, Alpes Suisse orientales, Autriche, Liechtenstein, Sud Forêt Noire, Jura alémanique...
    angle de vue http://img110.xooimage.com/files/0/1...re-53782e2.jpg

    -Camera Nord-Ouest alt ~ 1355 m, n°3 : vue sur une partie des Vosges centrales Alsace-Lorraine, Départements 68/88
    http://infoclimat.org/alsavosges/web...lon/photo2.jpg

    angle de vue direction: http://img110.xooimage.com/files/c/d...on-54bf490.jpg

    - (camera sud, projet indépendant d'un collectif, pour visualiser le Sundgau, la vallée de la Thur le sud du massif des Vosges ainsi que le Jura et Alpes francaises, Mont-Blanc )

    [B][B]Maj 2018 nouvelles adresses des 3 webcams Sud-Est, Nord Ouest et Nord Est:

    ]- Webcam NE :

    - Webcam SE :

    - Webcam N/O
    meteo-geishouse




    http://img110.xooimage.com/files/8/1...ne-538152c.jpg

    Relais radioamateur F1RAK (altitude 1310 m) En bas la plaine d'Alsace et Mulhouse (2005)



    * TNT allemande: https://forum.telesatellite.com/show...che-Comt%C3%A9
    adaptateur H265: https://forum.telesatellite.com/show...19.9-%E2%82%AC

    ** Forum "fréquences Scanner France" relais radio au Grand Ballon https://www.tsf70.com/forum/viewtopic.php?id=4413

    RADIOTELEPHONIE:

    Mât monopode autostable pour antenne VHF, site radiocom opéré sous l'égide du Conseil Général du Haut-Rhin (altitude 1345 m)


    TELEPHONIE CELLULAIRE/INTERNET

    Relais Orange au Grand Ballon (~1350 m), au second plan, sur la façade de l'Hôtel du Grand-Ballon, parabole pour faisceau hertzien VDSL, bande de fréquences des 6 GHz

    Faisceau hertzien -FH- sur pylône type treillis droit triangulaire autoportant.

    Faisceau orange VDSL :



    Nouveau pointage pour le faisceau hertzien qui a remplacé le mat Orange (ci-dessus) ayant été démonté fin 2018:

    [URL=http://img110.xooimage.com/views/1/3/a/faisceau-hertzien...d-ballon-5619d71.jpg/][/URL
    Pour le service VDSL
    Dernière modification par Casimodo ; 03/08/2019 à 10h18.

  7. #477
    Membre
    Date d'inscription
    mai 2012
    Messages
    3 008
    @Casimodo, bonjour,

    A mon avis, je pense que le site du Grand Ballon, avait été choisi par De Gaulle, dans l' optique d' élaborer un émetteur hertzien terrestre très puissant afin que les FFA basés dans le Bade Wurttemberg puissent le capter aisément.

    En réalité, ce sont les émetteurs de Nordheim Stephansberg, et le Belvédère de Mulhouse( PAR supérieure à 1200 KW en UHF analogique), qui feront le boulot ! Les FFA se trouvant vers Weil am Rhein captaient, aussi, la TSR 1 en Français.

  8. #478
    Membre Avatar de SAT
    Date d'inscription
    septembre 2016
    Messages
    2 187
    En cas de guerre,je pense que l'analogique resortirai des cartons,au vu de sa propagation.

  9. #479
    Membre
    Date d'inscription
    décembre 2013
    Localisation
    Au nord de l'Etoile
    Messages
    19
    Bonsoir à Tous,

    Colorix, voici la tour de St-Herblain au fil des années : https://www.hertzien.fr/partage/000_ST_HERBLAIN/

    De qualité variable mais quelques vues sont étonnantes de qualité. Ces photos sont extraites des clichés IGN mis en ligne : http://remonterletemps.ign.fr/

    Bonne découverte, Olivier

  10. #480
    Membre Avatar de Colorix
    Date d'inscription
    juillet 2013
    Messages
    862
    Citation Envoyé par Olivier13 Voir le message
    (...) Colorix, voici la tour de St-Herblain au fil des années (...) quelques vues sont étonnantes de qualité (...) Bonne découverte, Olivier
    Bonjour et merci beaucoup Olivier, c'est très sympa !

    Ça me fait tout bizarre de revoir cette ancienne tour, même vue d'avion je reconnais bien son aspect avec ses grandes antennes GDH-103 à son sommet.

    Lorsqu'il l'ont détruite après son remplacement par la nouvelle, ça nous faisait tout bizarre tellement on avait été habitués à elle depuis longtemps, elle était au bord de la route que nous prenions pour aller sur la côte ou en Bretagne.

    Et on était admiratifs et un peu inquiets pour le gars qui la détruisait avec son engin de chantier, un énorme marteau-piqueur sur un bulldozer juché au sommet, et qui descendait progressivement au fur et à mesure de sa destruction.

    Lorsque nous arriverons à l'étape nantaise, j'en mettrai une ou deux en ligne ainsi qu'une photo de la tour d'Erbray, qui assurait la liaison entre Rennes et Nantes. Plus haute que celle de Saint-Herblain, elle lui ressemble beaucoup. Elle existe toujours et sert de relais de téléphonie mobile et de radios FM sur la zone de Châteaubriant.
    Dernière modification par Colorix ; 17/11/2017 à 14h24.
    Colorix
    Louis Marie Foratier

Liens sociaux

Liens sociaux

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages