+ Répondre à la discussion
Page 29 sur 94 PremièrePremière ... 19 27 28 29 30 31 39 79 ... DernièreDernière
Affichage des résultats 281 à 290 sur 940
  1. #281
    Super Moderator Avatar de kiki37
    Date d'inscription
    avril 2013
    Messages
    2 993
    Le Mont Agel
    ci-dessous, panonceau identifiant le nouvel émetteur de télévision érigé par Monte-Carlo



    sa situation:



    L'émetteur de nos jours ► http://tvignaud.pagesperso-orange.fr.../06mt-agel.htm

    retour dans les années 50/60:
    En janvier 1959, interview du général Leschi, directeur des services techniques de la R.T.F.:



    Interview recueillie pour " Le Monde " par Janick Arbois

    J'ai retrouvé un autre article dans la revue "Télévision" n°114 de juin 1961 faisant état de curieux essais:



    à revoir ICI ce qui était prévu pour le sud-est en 1955
    Dernière modification par kiki37 ; 05/02/2018 à 19h30. Motif: précision sur la source de l'interview et ajout d'article côte d'azurr
    "Qui dira toute la malice dont les choses sont capables lorsqu'elles cherchent à vous embêter ?"...E.Aisberg (son C.V.)

    •   Alt 

      Réclame

       
       

  2. #282
    Membre Avatar de Colorix
    Date d'inscription
    juillet 2013
    Messages
    839
    Citation Envoyé par BAISIN Voir le message
    Entre 1985, et 1993, le signal de TMC était transporté par un " bus" DTRN, à travers la France, à la manière d' un train, transportant aussi RTL TV, la ZDF, la BBC1, et qui avait des dessertes dans chaque réseau plan Câble. (...).
    Oui BAISIN ! Je me souviens fort bien de ce "bus" qui était en effet le principal fournisseur de "nouveaux" programmes pour les réseaux câblés à peine naissants. Je revois encore le journal régional de Londres sur BBC-1 sur le mur d'images d'une expo organisée par la "Direction opérationnelle des Télécom" vers 1987, et je regrettais vraiment de ne pouvoir m'y abonner, résidant hors de Nantes... mais BBC-1 ne resta pas longtemps sur ce "bus", si je me souviens bien elle fut remplacée par une autre chaîne de langue anglaise, je ne sais plus bien laquelle... BBC Prime, je crois..

    Les gens de la "D.O.T." m'avaient expliqué qu'on l'appelait le "bus" parce qu'il faisait tout le tour de la France en "embarquant" les chaînes étrangères dans les régions où elles étaient captables en hertzien : BBC-1 à Boulogne, TVE-1 dans le Sud-Ouest, la RAI-1 et TMC dans le Sud-Est, RTL et la ZDF dans le Nord-Est... pour les fournir aux divers réseaux câblés se trouvant sur son passage.


    Citation Envoyé par kiki37 Voir le message
    (...) retour dans les années 50/60:
    Citation Envoyé par kiki37 Voir le message

    En janvier 1959, interview du général Leschi, directeur des services techniques de la R.T.F. (...)


    Merci Kiki37,

    J'ignorais que la R.T.F. avait des vues sur les installations de T.M.C.
    En fait c'est l'Etat lui-même, par le biais de la SOFIRAD (Société Financière de Radiodiffusion, qui contrôlera plus tard RMC), qui a racheté la majorité des actions de la société gérant
    T.M.C..
    .
    L'entrefilet ci-dessous de Radio-cinéma-Télévision était donc vrai quant à la reprise de la chaîne, mais erroné quant à son actionnaire :


    Document © Télérama (1958)

    Tu ne cites pas la revue à laquelle le vieux Leschi a donné cette interview, mais ce dont je me souvenais bien, c'est d'avoir lu dans des vieux "Radio-Cinéma Télévision" (ancêtre de Télérama, vendu dans les églises, oui!) qui évoquait les deux réémetteurs "pirates" construits par les vendeurs de téléviseurs de Nice et Menton, furieux que la
    R.T.F. ne fasse rien pour les quartiers bas de leurs villes, incapables de recevoir ses émissions.

    Je viens de remettre la main dessus, parmi des dizaines de photocopies d'articles de "R.C.T." de cette époque trouvés par un copain dans un grenier, et qui me les avait rapportés en se disant que ça pourrait m'intéresser ! Ils étaient si abîmés que j'en ai fait des photocopies, hélas pas très bonnes car le matériel n'était pas aussi performant il y a 30 ans... Quant aux originaux, ils sont très, très fatigués et le papier se désagrège parfois en les manipulant.


    Je viens également de retrouver un article du 24 mai 1953 annonçant l'arrivée de l'émetteur allemand qui a permis aux Alsaciens de regarder le Couronnement, vous le trouverez inséré dans le message #7 (
    cliquer ici) en première page de ce fil de discussion. Très chauvin, cet article défend ardemment la R.T.F. alors que celle-ci brille par son absence face à la concurrence d'outre-Rhin !

    Quant aux Corses, le vieux Leschi avait beau jeu de dire que s'ils voulaient la télévision ils pouvaient pour le moment regarder l'Italie tout en payant la redevance pour la R.T.F. qu'ils ne captaient pas ! C'était tout bénef' pour lui avec les taxes sur les ventes de postes et sur la redevance perçue même hors de portée des émetteurs français ! N'empêche, la
    R.T.F. a bien fini par mettre en service deux petits relais de 50 Watts sur les villes d'Ajaccio puis de Bastia pour éviter que leurs habitants s'achètent des postes 625 lignes qui ne pourraient plus, comme en Alsace, capter ensuite la R.T.F. Celle-ci ne mettra que tardivement ses deux émetteurs définitifs de 500 Watts. Nous en reparlerons dans la prochaine étape du "Tour de France" consacré à la Côte d'Azur et à la Corse.

    Amitiés,
    Dernière modification par Colorix ; 29/10/2018 à 04h59.
    Colorix
    Louis Marie Foratier

  3. #283
    Membre Avatar de Colorix
    Date d'inscription
    juillet 2013
    Messages
    839
    Les antennes d'émission TV en France dans les années 50-60 : la Côte d'Azur

    2) Le Pic de l'Ours

    Nous l'avons vu précédemment, l'émetteur mis en place par la R.T.F. sur le massif de l'Étoile ne permettait de couvrir que la région d'Aix-Marseille-Avignon, avec aussi des réceptions acceptables vers Nîmes et Montpellier et, de façon plus aléatoire, dans l'Est du département de l'Aude et dans les hauteurs des Pyrénées-Orientales. Il fallait pour ce faire, de grandes antennes captant le canal F8-H par-dessus le Golfe du Lion.

    Plus d'un habitant de la zone privée de télévision lors de l'effondrement de l'antenne du Pic de Nore à la suite d'une violente tempête en 1976, tenta de se brancher alors sur la Grande-Étoile en achetant des antennes longue distance et des préamplis, avant d'aller jouer les équilibristes sur leurs toits...
    Certains obtinrent d'ailleurs des résultats très acceptables, et restèrent orientés sur Marseille même après la reconstruction du Pic de Nore.

    Par contre, vers l'Est, les premiers contreforts de l'Estérel empêchaient les ondes marseillaises d'atteindre la Côte d'Azur, où régnait en maître la télé commerciale du prince Rainier depuis novembre 1954, seule chaîne reçue le long de la "Riviera"..

    Pourtant, dès 1953 la R.T.F. avait lancé des études en vue d'installer un émetteur relais d'assez forte puissance pour couvrir la majeure partie de la Côte d'Azur.

    Le choix se porta sur le Pic de l'Ours, dominant Saint-Raphaël, mais les conditions d'accès étaient acrobatiques, il n'y avait aucune route menant à son sommet.

    A l'occasion de l'ouverture de l'émetteur le 9 décembre 1956, l'hebdomadaire de programmes "Radio Télévision 57" du 24 février 1957 revient sur l'histoire de sa construction, avec des illustrations montrant comment les ancêtres de nos techniciens actuels vivaient des expériences éprouvantes pour étudier puis mettre en œuvre la construction d'une station de montagne, même d'altitude moyenne :


    Document © Radio-Télévision 57

    Les techniciens de TDF qui montent tranquillement en voiture jusqu'au sommet de nos jours, ignorent certainement le seul moyen de transport utilisable par leurs aînés pour monter le matériel et le "barda" indispensable pour rester sur place :


    Et encore... certains transports se faisaient également à dos d'homme.
    Document © Radio-Télévision 57



    La vie "à la dure" pour les techniciens de la R.T.F.
    Noter le panneau
    "R.T.F. TV" cloué sur l'arbre, comme
    si l'on risquait de les manquer sur ce sommet désert !

    Document © Radio-Télévision 57

    Alors que sur terrain plat on recourait habituellement à un ballon supportant une antenne, ici la hauteur du Pic permettait d'utiliser au sol un aérien rudimentaire. Comme vous le voyez, les premiers essais furent faits en polarisation horizontale, comme pour Marseille et TMC, mais finalement la polarisation verticale a dû donner des résultats plus probants dans le relief montagneux entourant le Pic de l'Ours :


    Document © Radio-Télévision 57

    La construction du Pic de l'Ours permettait, non seulement aux téléspectateurs de la "Côte"
    de recevoir enfin les émissions de Paris, mais aussi à Télé-Monte-Carlo d'accéder au réseau de l'Eurovision dont elle était membre de droit en tant que concessionnaire du service public de télévision monégasque.
    Dernière modification par Colorix ; 29/10/2018 à 05h07.
    Colorix
    Louis Marie Foratier

  4. #284
    Membre Avatar de Colorix
    Date d'inscription
    juillet 2013
    Messages
    839

    Fin 1956, après plusieurs mois de travail et la construction d'une route, une mince tour de béton supportant l'antenne du canal F6-V permettait à l'émetteur de 3 kW de couvrir la majeure partie de la Côte d'Azur :


    Document © Delcampe.net


    Document © Delcampe.net

    A l'automne 1964, le Pic de l'Ours était l'un des premiers émetteurs de province à accueillir la Deuxième Chaîne du tout nouvel ORTF, avec un émetteur UHF de 20 kW crête-image (soit 500 kW de PAR) sur le canal 28-H grâce à une deuxième antenne installée au-dessus de la première :


    Document © Delcampe.net

    Néanmoins, le Pic de l'Ours ne suffisait pas à lui seul pour couvrir la totalité des grandes agglomérations côtières : certains quartiers encaissés de Nice, Menton, Toulon et Hyères étaient incapables de capter ses émissions.


    Dès les premiers mois de son existence, des commerçants de Nice et Menton, s'agaçaient de ne pouvoir vendre des téléviseurs à des clients qui souhaitaient en acheter, mais se trouvaient dans des zones d'ombre.


    Ils décidèrent de construire eux-mêmes deux "relais pirates" (évoqués dans le premier article de "Radio Télévision 57" plus haut, et surtout dans celui ci-dessous publié par "Radio-Cinéma Télévision") mais la R.T.F. demandait leur destruction, le matériel n'étant pas agréé et les installations risquant, selon ses services, de créer des interférences, notamment avec l'Italie toute proche.


    Devant le tollé général provoqué par cette décision, l'administration faisait machine arrière et décidait d'incorporer le "relais-pirate" du Mont-Alban, à Nice, dans son réseau. Par contre, celui de Menton, sur le Cap Martin, posait problème. Il dut cesser d'émettre et fut remplacé quelques semaines plus tard par du matériel conforme aux normes de la R.T.F., qui retint d'ailleurs également ce site pour son propre réémetteur.

    Quant à Toulon et Hyères, ce furent également sur des caps que la R.T.F. installa ses émetteurs locaux : le premier sur le cap Sicié sur le canal F11-H et le second sur le cap Bénat, en bande I sur le canal F4-V. Ces emplacements permettaient ainsi de rayonner plus facilement vers les parties encaissées de cette côte au relief très marqué.

    Dernière modification par Colorix ; 29/10/2018 à 05h16.
    Colorix
    Louis Marie Foratier

  5. #285
    Membre Avatar de Colorix
    Date d'inscription
    juillet 2013
    Messages
    839

    Les "relais-pirates" étaient, dès les débuts du réseau, déjà fréquents en province, notamment dans les régions montagneuses ou encaissées comme dans les Alpes, en Auvergne ou... sur la Côte d'Azur.

    Témoin ce reportage de l'ancêtre de
    Télérama, "Radio-Cinéma-Télévision" en février 1958, qui évoque notamment ceux de Nice et Menton :



    Document © Télérama (1958)





    Document © Télérama (1958)
    Dernière modification par Colorix ; 29/10/2018 à 05h18.
    Colorix
    Louis Marie Foratier

  6. #286
    Membre Avatar de Colorix
    Date d'inscription
    juillet 2013
    Messages
    839
    En mai-juin 1961, la revue "ANTENNE INFORMATIONS" n°16, revue professionnelle de la société PORTENSEIGNE, présentait un reportage consacré à la réception à longue distance de la télévision en milieu montagneux dans les Alpes-Maritimes.

    Grâce à la gentillesse de kiki37 qui l'a retrouvé dans sa précieuse collection personnelle et me l'a communiqué, voici ce reportage particulièrement intéressant, qui nous montre que la zone de réception du Pic de l'Ours pouvait être plus importante que prévue par les techniciens de la R.T.F. :






    La carte montrant les divers essais de réception effectués au Mont Fao



    On peut saluer le courage et la ténacité de M. Botton et de ses coéquipiers qui, non contents
    de grimper durant 3 heures vers le haut du Mont-Fao, ont tiré un câble d'alimentation
    électrique sur tout le trajet, tout en hissant un pesant téléviseur et d'encombrantes antennes.



    Source : revue ANTENNES-INFORMATIONS n°16 (mai-juin 1961) de la société PORTENSEIGNE.
    Collection privée de kiki37, un grand merci à lui !


    Pour retrouver tous les sujets précédents de cette étape "Sud-Est" regroupés dans l'ordre logique et chronologique (Marseille, TMC, Côte d'Azur, Corse) cliquer ici
    Dernière modification par Colorix ; 24/02/2016 à 15h26.
    Colorix
    Louis Marie Foratier

  7. #287
    Membre
    Date d'inscription
    mars 2014
    Messages
    2 127
    Citation Envoyé par Colorix Voir le message
    ... Si l'on prend une règle de 3 entre les 625 lignes, leurs 5 MHz en norme B ou C, et 819 lignes, on obtient d'ailleurs : 5 / 625 x 819 = 6,55 MHz de largeur de bande vidéo proportionnelle. Cela ne fait jamais qu'un demi-mégahertz de plus qu'avec la norme L, donc je ne pense pas que la qualité vidéo s'en soit beaucoup ressentie avec cette dernière.
    Bonjour Colorix, heureux de vous relire et tous mes voeux de meilleure santé pour cette nouvelle année.
    Il est vrai que beaucoup de téléviseurs 819 lignes ne passaient pas la bande video de 10 MHz, ce qui réduisait la différence de qualité perçue avec les émissions luxembourgeoises ou belges (surtout à longue distance où la réduction de bande passante réduisait aussi le bruit).
    Cependant votre règle de 3 suppose une résolution horizontale identique en 819 et 625 lignes, alors qu'elle doit être idéalement proportionnelle à la résolution verticale, c'est donc le ratio 819/625 au carré qu'il faudrait appliquer.
    Le rapport (819/625)² vaut environ 1,72, c'est donc une bande passante de 8,58 MHz en 819 lignes qui donnerait un rapport résolution horizontale / résolution verticale équivalentest à celui que donnent les 5 MHz du 625 lignes en norme B/G .
    Les 10 MHz du standard 819 lignes français sont à peu près équivalents aux 6 MHz du 625 lignes en norme L de ce point de vue.
    Dernière modification par marceljack ; 07/01/2016 à 18h59.

  8. #288
    Membre Avatar de Colorix
    Date d'inscription
    juillet 2013
    Messages
    839
    Bonsoir et merci cher Marceljack pour vos gentils voeux et pour ces précisions que je suis bien incapable de calculer (voir ma réponse à kiki37 ici !) car ma nullité en maths a toujours été proverbiale !

    Mon rêve étant jeune, était d'aller travailler dans les centre émetteurs de la "Régie de diffusion" de l'ORTF (qui allait devenir ensuite TDF). Hélas, malgré même des cours de maths particuliers chaque jeudi après-midi au lieu d'aller au cinéma, j'y étais totalement imperméable. Pas moyen de calculer correctement la plus simple des équations ! Le prof avait fini par dire aux parents qu'il ne voulait pas abuser de leur confiance, que mon cas était désespéré...

    De toute façon, un autre problème se serait posé pour travailler sur les émetteurs et leur pylône. J'ai toujours été sujet au vertige, même sur le haut du tronc d'un gros saule. Alors... adieu la "Régie de diffusion" et ses émetteurs !

    Merci en tout cas pour tes explications qui, comme dans plusieurs autres forums où je t'ai également lu, sont toujours aussi passionnantes !
    Dernière modification par Colorix ; 07/01/2016 à 22h04.
    Colorix
    Louis Marie Foratier

  9. #289
    Membre
    Date d'inscription
    mai 2012
    Messages
    2 914
    Donc, les Corses recevaient déjà la RAI depuis Livorno, en 625 lignes CCIR, bien avant la mise en activation de Serra Pigno, AntiSanti, et Coti Chiavari en norme E 819 lignes en VHF Bande I VHF pour Serra Pigno, et Coti Chiavari.

  10. #290
    Membre
    Date d'inscription
    août 2014
    Localisation
    Devon RU et 24 France
    Messages
    189
    Je n'ai remarqué jusqu’à ce matin le retour de Colorix a ce discussion, et je me joins a ceux qui ont déjà l'accueillir avec de la joie pour cet renaissance de notre sujet préféré!

    Donc j’espère que nous pourrons continuer notre pèlerinage autour de l'Hexagone et ces émetteurs.

    Merci a tous!


    Ça n'a rien a voir avec la télévision française mais peut être certains parmi vous ont remarqué notre petit désastre au R.U. a Start Point....

    http://tx.mb21.co.uk/gallery/gallery...74&pageid=2414

    http://tx.mb21.co.uk/gallery/gallery...74&pageid=2419

Liens sociaux

Liens sociaux

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages