+ Répondre à la discussion
Page 41 sur 94 PremièrePremière ... 31 39 40 41 42 43 51 91 ... DernièreDernière
Affichage des résultats 401 à 410 sur 931
  1. #401
    Membre Avatar de Colorix
    Date d'inscription
    juillet 2013
    Messages
    801
    Nuits Saint-Georges : quelques souvenirs d'un Bourguignon

    Avant de passer en revue les émetteurs intercalaires qui sont venus compléter la couverture UHF (et maintenant TNT) en Bourgogne, voici quelques autres souvenirs que nous fait partager notre ami lecteur bourguignon, qui a bien connu le passé analogique de Nuits Saint-Georges et nous a (voir message précédent), fait suivre les photographies de l'arrivée officielle de la Troisième Chaîne dans ce centre émetteur :

    " De mémoire, le pylône de Nuits était effectivement rouge et blanc avant qu'il soit remplacé à la fin des années 90 (vers 1998-1999) par le pylône blanc encore en place actuellement.

    Je le sais car je passais chaque semaine, je le voyais depuis le train.

    Il ressemblait à certains pylônes TDF comme celui de Hautvillers (...)"



    Pour ce qui concerne la réception des diverses chaînes françaises et suisses à Dijon à l'époque de l'analogique, notre correspondant précise au sujet du nombre d'antennes UHF nécessaires, que j'estimais au nombre de trois :

    " Ce n'est pas tout à fait exact, le canal 69 de la Dôle (TélécinéRomandie /SPlus / Suisse4 / TSR 2) était mal reçu et du coup quasiment inconnu dans le secteur de Beaune et Dijon, car le diagramme d'émission était orienté seulement Est et Sud-Est (Genève et Lac) et assez puissamment pour l'époque.

    Je recevais le canal 69 avec une image neigeuse avec une antenne télescopique à Beaune, malgré le diagramme restrictif.

    En revanche les canaux 31 et 34 (DRS et TSI) était excellemment reçus, tout comme le 21/24/27 de Gex qu'on attrapait avec la même antenne sur un TV multistandard.

    Je ne connais pas la date de la mise en service des canaux 31 et 34 sur la Dôle. (1970 ou 1971 ?)

    En sus des deux VHF, il y avait 3 UHF pour avoir toutes les chaînes sur Dijon et Beaune :

    - canaux 59-62-62 sur Nuits-Saint-Georges (UHF bande V)
    - canaux 21 / 24 / 27 / 31 / 34 (UHF Bande IV) sur Gex + La Dôle
    - canaux 43 / 46 pour La Cinq / TV6 puis M6

    Ça faisait 9 chaines au total, ce qui était du luxe pour l'époque.

    En revanche, ceux qui avaient une TV SECAM et une antenne UHF pointée sur Nuits-Saint-Georges n'avaient que 3 chaines...

    Par contre, ceux qui n'avaient qu'une seule antenne UHF pointée sur Gex attrapaient la TSI et DRS, mais avaient les actus FR3 Rhone-Alpes, mais pas Bourgogne.
    La TSI et la DRS étaient moins suivies à cause de la barrière de la langue, la TSR Francophone était plus convoitée.

    Général Ruffey (appellé aussi Montmuzard par les connaisseurs locaux de l'époque) était reçu au maximum jusqu'à Nuits St Georges, pas plus bas.

    Pour avoir La 5 et M6 à Beaune, il a fallu attendre 1989 pour recevoir Buxy en polarisation verticale. Deux ans plus tard, c'était Beaune Monts Rondes, toujours en vertical."


    (Note : DRS = TV suisse de langue allemande, TSI = TV suisse italienne)

    Quant à la nécessité de faire passer de verticale à horizontale la polarisation de l'antenne VHF, ou de remplacer celle-ci en cas de vétusté
    pour capter Canal Plus, il poursuit :

    "
    C'est juste, mais plein d'installations de particuliers avaient encore l'antenne VHF en verticale sur NSG (avec aussi des antennes mixtes UHF / VHF), et recevaient "mal" Canal+ sans que ces personnes comprennent pourquoi..."

    Et pour ne rien oublier, ces détails reçus récemment :

    Pour ce qui concerne la régionalisation de France 3, notre ami nous précise que le canal 56-H analogique destiné à relayer les émissions "Franche-Comté" depuis Nuits-Saint-Georges vers le Jura et une partie du Doubs posait des problèmes de cohabitation avec l'émetteur TNT suisse du Chasseral, qui utilisait ce même canal 56, pourtant avec une norme différente (TNT au lieu de L) et avec une polarisation différente (verticale, et non pas horizontale) :

    "Concernant NSG (...) le canal 56H qui émettait FR3 / France 3 Franche-Comté pour les Jurassiens et Franc-comtois recevant NSG. D'après la liste de Thierry Vignaud, il était émis à 30 KW (même puissance que le canal 09H pour Canal+)

    En revanche (...) aucune idée de la date de mise en service...
    Jusqu'à son extinction en novembre 2011, ce 56H posait problème dans certains cas pour recevoir le multiplex suisse du Chasseral sur le 56V, en tenant compte de la contre-polarisation et la direction opposée.

    (...) le diagramme était orienté plein Est (Dole) et même Sud-Est (Poligny, Arbois) + ceux bien placés dans le Jura pour recevoir NSG.

    Bien plus tard en 2007, ce 56H posait "problème" pour ceux qui voulaient recevoir la TNT Suisse sur le 56V du Chasseral, même si la contre-polarisation et la direction opposée '"protégeaient" la réception du multiplex suisse, qui était bien reçu à Dijon et ses environs, avec pré-ampli sélectif et coupleur sélectif.


    Le 56H fut arrêté définitivement en novembre 2011, lors du switch-off en Bourgogne.

    (...) Sans être un émetteur intercalaire, cas particulier, à Lons Le Saunier : certains recevaient NSG, mais c'était l’émetteur de Montaigu qui desservait la ville un peu en creux et tous ceux qui étaient à "l'ombre" de NSG

    De mémoire (...) Montaigu a eu la 5 et 6 dès 1987-88 (sans être sur à 100%)

    A propos de la 5 et 6, le fait que NSG si situe dans une zone presque frontalière où les émetteurs voisins (FR et CH) arrivaient à un bon niveau de réception, ça posait problème pour trouver 2 autres canaux émis dans les mêmes conditions que les 3 premières chaines.
    Il y a aussi une autre raison, c'est que la conférence de Stockholm de 1961 ne prévoyait à l'origine que 3 couches UHF par plaque régionale."

    Merci donc à notre visiteur pour ses observations personnelles.

    N'hésitez pas à en faire autant
    en nous contactant par messages privés, kiki37 et moi-même, en cliquant sur nos noms en rouge à gauche de nos messages.

    Les visiteurs non inscrits à ce forum peuvent aussi utiliser l'adresse mail indiquée ci-dessous pour nous contacter.


    __________________________________________________ ___

    Vous détenez des informations utiles à ce forum ?
    Voici comment nous les envoyer :

    Si vous disposez de documents (photos, articles de presse, documentations techniques...) vous pouvez nous les transmettre (taille maximum par message, pièces jointes incluses : moins de 10 Mo ) en précisant si possible leur origine et leur date (journal, entreprise, éditeur, site internet...que nous indiquerons en respect des droits d'auteur et de propriété) par courriel à : archives.television<arobase>free.fr (sans les <>) car ici les messages privés ne permettent pas les envois de pièces jointes.

    D'avance, merci !

    Dernière modification par Colorix ; 26/06/2017 à 01h41.
    Colorix
    Louis Marie Foratier

    •   Alt 

      Réclame

       
       

  2. #402
    Membre Avatar de Colorix
    Date d'inscription
    juillet 2013
    Messages
    801
    3) Emetteurs intercalaires UHF en Bourgogne

    L'emplacement du site et la hauteur du pylône de Nuits-Saint-Georges limitée à 150 mètres, ainsi que le "triplet" de canaux 59-62-65 (les plus élevés dans la bande V et donc les plus limités en portée optique) ne permettaient pas une couverture complète de la vaste région Bourgogne s'étendant du sud de l'Ile-de-France au nord du Rhône-Alpes et des rives de la Loire aux contreforts du Jura.

    En VHF les zones les plus éloignées de Dijon se trouvaient donc, par la force des choses, mieux couvertes par la Tour Eiffel et Les Riceys dans l'Yonne, par Neuvy-Deux-Clochers dans la Nièvre et par le Mont-Pilat en Saône-et-Loire, avec les journaux régionaux de Paris, Reims, Orléans ou Lyon. C'était, on l'a vu, dû au fait que le réseau
    "Première Chaîne" de l'ORTF avait été conçu pour couvrir un maximum de monde avec un minimum d'émetteurs. De plus, la véritable régionalisation n'intervenant que bien plus tard (années 70-80), les journaux régionaux inaugurés l'un après l'autre par le ministre de l'Information Alain Peyrefitte entre 1963 et 1965 tenaient eux-mêmes compte de la zone de couverture de l'émetteur qui les diffusait (et souvent les hébergeait).

    Jusqu'à l'arrivée de la "Deuxième Chaîne" permettant une diffusion différente simultanée, on se retrouvera donc dans certains cas, avec des éditions hétéroclites comme au Mans ("Maine-Anjou-Touraine-Perche") ou même en alternance (Bordeaux "Aquitaine" et Toulouse "Midi-Pyrénées" devant se partager le Pic du Midi, leurs émetteurs locaux de Bouliac et Pechbonnieu ne couvrant que des zones limitées).

    En UHF, la portée plus réduite qu'en VHF sur Nuits-Saint-Georges oblige donc l'ORTF à construire des émetteurs intercalaires qui permettront au journal régional
    "Bourgogne-Actualités" d'être enfin visible dans toute la région, désormais "Circonscription d'Action Régionale" et préfiguration de la future région qui sera créée par la loi de décentralisation Defferre en 1983. Ce réseau complémentaire arrange donc tout le monde : techniciens et journalistes ORTF, téléspectateurs et... politiciens et décisionnaires en région.


    a) Sens Gisy-les-Nobles

    D'une puissance de 4 kW crête-image, soit 45 kW de puissance apparente rayonnée (P.A.R.) en télévision avec un triplet de canaux 57-60-63, son pylône de 200 mètres mis en service en 1967 diffuse la "Deuxième Chaîne" en couleurs sur le canal 63-H, avec relais du journal "Bourgogne Actualités" (en noir et blanc pour longtemps) pour les habitants de l'Yonne et du nord de la Côte-d'Or.

    Trois émetteurs radio FM de 2 kW lui sont adjoints en 1968 pour diffuser France Inter (avec décrochages régionaux ORTF Bourgogne), France Culture et France Musique.


    Par la suite, FR3 puis TF1 Couleur arriveront respectivement en 1976 et à la mi-1980 sur les canaux 60 et 57-H.

    Fait rare pour un intercalaire initialement prévu uniquement pour l'UHF et la FM, à Gisy-les-Nobles on installera ensuite au milieu des années 80, un émetteur VHF de 100W (1,38 kW PAR) en norme L' sur le canal 05-H pour diffuser Canal Plus.

    Il remplace avec une plus grande portée, un réémetteur 819 lignes de même puissance situé au Bois de Chamonat, dans la commune de Saint-Clément, à 6 km au Nord-Est de Sens, qu'il desservait sur le canal F11-V :


    Haut d'une soixantaine de mètres, le pylône TDF actuel
    du Bois de Chamonat diffuse désormais des radios FM
    privées sur l'agglomération de Sens avec 1 kW de PAR.

    © Google Street View



    Dans les années 60, ce site émettait en 819 lignes sur le canal F11-V
    avec
    une puissance crête-image de 40 W, portée ultérieurement à 100W
    pour une réception dans cette même agglomération de SENS.

    © Google Street View


    A Gisy-les-Nobles, deux autres émetteurs UHF de 4 kW, diffusant respectivement
    La Cinq et M6 sur les canaux 47 et 44-H seront mis en service en 1987.


    Sa zone de diffusion débordant sur le sud des départements de la Seine-et-Marne et de l'Aube, Gisy-les-Nobles se verra par la suite attribuer un émetteur de 2 kW (20 kW PAR) relayant FR3 Paris Ile de France sur le canal 50-H et un autre de 1,5 kW (15 kW de PAR) reprenant FR3 Champagne-Ardenne sur le canal 65-H lorsque TF1 et Antenne 2 ne seront plus tenues de diffuser les "actualités régionales".


    Ce sont donc en tout huit émetteurs analogiques qui trouveront place dans ce centre intercalaire : cinq UHF de 4kW, un de 2 kW et un de 1,5 kW, ainsi qu'un VHF de 100 W en bande III. Ils seront tous éteints en 2010, deux ans après l'arrivée de la TNT.




    Le centre intercalaire de Gisy-les-Nobles à l'époque de l'analogique.
    Cliquer sur l'image ou ici pour l'afficher en grande taille
    Document © Martin Watkins



    Gisy-les-Nobles était peut-être le seul intercalaire à émettre aussi en VHF
    Cliquer sur l'image ou ici pour l'afficher en grande taille
    Document © Martin Watkins

    Dernière modification par Colorix ; 15/03/2017 à 22h14.
    Colorix
    Louis Marie Foratier

  3. #403
    Membre Avatar de Colorix
    Date d'inscription
    juillet 2013
    Messages
    801


    Au-dessus de la "tapette à mouches"(appellation de Martin pour les relais
    passifs) qui reçoit le signal de FR3 Bourgogne, les panneaux FM surmontés
    par ceux de l'émetteur VHF bande III, eux-même dominés par
    l'antenne principale UHF. Entre les antennes FM et VHF, noter le jeu
    de panneaux UHF orienté vers le Sud de l'Aube, au nord-est, pour la
    diffusion des décrochages régionaux "Champagne-Ardenne".
    Cliquer sur l'image ou ici pour l'afficher en grande taille
    Document © Martin Watkins



    Un beau montage de deux de ses photos par Martin.
    Un grand merci à lui pour ses précieuses contributions !
    Cliquer sur l'image ou ici pour l'afficher en grande taille
    Document © Martin Watkins



    Et
    maintenant... la TNT, arrivée à Gisy-les-Nobles en juillet 2008 :



    Tous les émetteurs, y compris pour les variantes régionales
    "Champagne-Ardenne" et "Ile-de-France", sont passés à la TNT.
    Cliquer sur l'image ou ici pour l'afficher en grande taille
    Document © TDF




    A quelques kilomètres du Bois de Gisy, au nord-est le bourg de Sergines.
    Dans le lointain, le sud de la Seine-et Marne (à gauche) et de l'Aube (à droite).

    Cliquer sur l'image ou ici pour l'afficher en grande taille
    Document © TDF
    Dernière modification par Colorix ; 14/04/2017 à 23h05.
    Colorix
    Louis Marie Foratier

  4. #404
    Membre Avatar de Colorix
    Date d'inscription
    juillet 2013
    Messages
    801
    b) Auxerre Molesmes

    Avant la création d'un centre intercalaire de moyenne puissance destiné à améliorer la réception de la FM et de la télévision UHF dans le Nord-Ouest de la Bourgogne, la
    RTF avait mis en service dès 1960-1961 sur la "Côte Saint-Georges" à Auxerre un réémetteur 819 lignes de 3 watts sur le canal F6-H, piloté par Bourges Neuvy-Deux-Clochers pour améliorer la réception dans la ville située en contrebas :

    Années 60 : Nuits-St-Georges pilote les réémetteurs franc-comtois,
    mais c'est Neuvy-Deux-Clochers qui fournit le signal à celui d'Auxerre
    et le Puy-de-Dôme qui est relayé par le réémetteur local d'Autun
    Document © Revue technique Le Haut-Parleur - Septembre 1961

    Par la suite ce réémetteur, installé à Venoy, verra sa puissance doublée dans les années 70, puis portée à 35 watts pour diffuser Canal Plus en 625 lignes SECAM norme L' sur le canal L06-H :


    Le pylône TDF actuel de Venoy, 4 km à l'est d'Auxerre.
    Il diffuse la TNT et plusieurs radios FM et assure les liaisons
    hertziennes des quatre opérateurs de téléphonie mobile
    Document © PauloHeaven et site carte-fh.lafibre.info

    Dès 1966 l'ORTF prévoit la construction d'un centre intercalaire sur le plateau de Molesmes, à 20 km au sud-ouest d'Auxerre. A partir de 1971 un pylône haut de 200 mètres y diffuse avec 10 kW de puissance crête-image (soit 215 kW de puissance apparente rayonnée) la "Deuxième Chaîne" sur le canal 31-H avec, comme pour Sens, les émissions régionales "Bourgogne Actualités". FR3 Bourgogne arrive courant 1976 sur le canal 34-H, puis TF1 Couleur sur le canal 37-H en 1980, apportant, avec l'appui de Gisy-les-Nobles au nord, une bonne réception des trois chaînes dans pratiquement tout le département de l'Yonne.

    A ce
    "triplet" s'ajouteront au milieu des années 80 les chaînes La Cinq puis Arte/La 5ème sur le canal 55-H et M6 sur le canal 49-H avec 2 kW de puissance crête-image, soit 45 kW de P.A.R. :


    1988, l'époque de l'analogique : le centre intercalaire d'Auxerre noyé dans les
    brumes du plateau de Molesmes diffuse depuis quelques mois
    La Cinq et M6
    .
    Photographie © Martin Watkins

    Depuis le début des années 70, Molesmes diffuse également en FM France-Inter, France-Culture et, en stéréo, France-Musique avec une puissance de 2 kW :


    Entre les deux plateformes de maintenance, les panneaux FM en polarisation horizontale.
    Par la suite,
    TDF développera la polarisation mixte pour améliorer la réception mobile comme les radios privées.
    Photographie © Martin Watkins - 1988


    De son côté, pour faciliter la réception dans les quartiers en contrebas d'Auxerre, Venoy se verra également équiper de réémetteurs pour les cinq chaînes UHF analogiques et de relais FM pour Radio-France et plusieurs stations privées.

    Les deux centres de Molesmes et Venoy diffusent désormais toutes les chaînes de la télévision numérique terrestre, respectivement depuis 2007 et 2008.


    Le centre intercalaire FM-TNT d'Auxerre Molesmes.
    Cliquer sur l'image ou ici pour l'afficher en grande taille et mieux voir les détails
    Document © TDF




    Noter le bâtiment émetteur typique de l'époque des années 60-70
    Cliquer sur l'image ou ici pour l'afficher en grande taille et mieux voir les détails
    Document © TDF






    Cliquer sur l'image ou ici pour l'afficher en grande taille et mieux voir les détails
    Document © TDF


    Dernière modification par Colorix ; 18/06/2017 à 00h37.
    Colorix
    Louis Marie Foratier

  5. #405
    Membre Avatar de Colorix
    Date d'inscription
    juillet 2013
    Messages
    801
    c) Autun - Bois du Roi / Le Haut-Folin

    Dans notre présentation de l'émetteur principal de Nuits Saint-Georges, nous avons vu que son diagramme de rayonnement portait plus facilement à l'est, en direction du Jura, que vers les monts du Morvan, à l'ouest du Dijonnais.

    Contrairement à d'autres sites pour lesquels de nombreuses documentations sont disponibles, le manque d'informations précises concernant l'implantation de "NSG" nous empêche de savoir avec certitude si son diagramme plus ou moins directif était délibéré, ou bien provoqué par des éléments collatéraux (relief, nature du sol...).

    Il semblerait toutefois, au vu des diagrammes actuels de la TNT pour ce site, que cette directivité soit toujours d'actualité, ainsi que le montre l'illustration publiée ici par le très utile et passionnant forum TVNT.net : alors que le site
    ITAS-TIM d'autres opérateurs TNT installé à Villlars-Fontaine, offre des diagrammes quasi omnidirectionnels, ceux de TDF Nuits Saint-Georges sont visiblement, toujours limités à l'ouest :


    Pour voir en détail en grande taille les diagrammes ci-dessus
    (et ceux du site
    ITAS-TIM de Villars-Fontaine) cliquer ici
    ou ici

    Document © Forum TVNT.net
    à partir de sources © CSA

    Dès 1967, en même temps qu'à Gisy-les-Nobles, est mis en service un émetteur intercalaire UHF et radio FM au lieu-dit Le Haut-Folin, sur les hauteurs du Bois-du-Roi près d'Autun.

    Son but est d'apporter aux provinces du Morvan, du Nivernais
    et du nord du Charolais les émissions de la Deuxième Chaîne et celles de "Bourgogne-Actualités" au lieu, sur la Première Chaîne, de celles de Bourges reçues de Neuvy-Deux-Clochers, de celles de Clermont-Ferrand venant du Puy-de-Dôme ou de Lyon arrivant du Mont-Pilat.

    Jusqu'à présent,
    rappelons-le, pour la seule agglomération d'Autun un petit réémetteur de 3 Watts situé au Mont Saint-Sébastien reprenait depuis 1961 sur le canal F11-V la Première Chaîne reçue du Puy-de-Dôme :



    Ce petit réémetteur ne sera pas repris pour relayer Canal Plus après l'arrêt du
    819 lignes en 1983.

    Sur les hauteurs du Haut-Folin, l'ORTF érige donc un pylône autoporteur de 80 m accueillant un émetteur UHF de 20 kW crête-image (soit 500 kW de P.A.R.) relayant la Deuxième Chaîne et les informations régionales "Bourgogne Actualités" sur le canal 51-H.

    S'y ajoutent trois émetteurs FM de 2 kW, celui de France-Inter relayant comme ceux de Gisy-les-Nobles et Molesmes, les journaux radio "ORTF Bourgogne" du B.R.I. (Bureau Régional d'Information) de Dijon :


    L'émetteur intercalaire d'Autun Bois-du-Roi
    mis en service par l'ORTF en 1968.
    Cliquer dans l'image ou ici pour l'afficher en grande
    taille et mieux apprécier les détails des installations
    Document © Delcampe.net

    Par la suite, TDF installera deux autres émetteurs de 20 kW : l'un en 1977
    sur le canal 54-H pour FR3 et (enfin) tous ses programmes régionaux FR3 Bourgogne (JT et magazines artistiques), l'autre sur le canal 48-H dans le 1er trimestre de 1982 pour TF1 Couleur.

    Suivront, quelques années plus tard, deux émetteurs de 2 kW (soit 50 kW de P.A.R.) diffusant La Cinq sur le canal 45-H et M6 sur le canal 42-H.

    Depuis l'arrivée de la TNT à la mi-octobre 2006, hormis l'adjonction de nombreuses paraboles de faisceaux hertziens sur le pylône, la physionomie de ce centre intercalaire a peu changé :


    Cliquer dans l'image ou ici pour l'afficher en grande
    taille et mieux apprécier les détails des installations

    Document © TDF



    Cliquer dans l'image ou ici pour l'afficher en grande
    taille et mieux apprécier les détails des installations

    Document © TDF
    Dernière modification par Colorix ; 20/06/2017 à 00h04.

  6. #406
    Membre Avatar de Colorix
    Date d'inscription
    juillet 2013
    Messages
    801
    d) Le Creusot - Mont Saint-Vincent

    Afin d'améliorer la réception de la Deuxième Chaîne dans le Charolais et surtout dans les secteurs du Creusot et
    de Montceau-les-Mines, l'ORTF décide d'y implanter un petit émetteur intercalaire. Le choix du site se porte sur le village du Mont-Saint-Vincent :


    Le village du Mont-Saint-Vincent avant la construction du pylône dans le petit bois sur sa droite.
    Depuis, ce choix jugé trop proche des habitations fait débat au sein de la population,
    voir ici

    Cliquer dans l'image ou ici pour l'afficher en grande taille
    Document © Delcampe.net

    L'ORTF y construit un pylône haubané de 100 mètres qui commence à émettre la chaîne couleur courant 1971 sur le canal 33-H avec une puissance crête-image de 1 kW (soit 5,5 kW de P.A.R.) :


    L'émetteur intercalaire du Mont-Saint-Vincent ne diffusait au départ que la télévision UHF.
    La radio FM n'arrivera que plus tard, avec trois émetteurs de 300 Watts.
    Cliquer dans l'image ou ici pour l'afficher en grande taille
    Document © Delcampe.net

    Courant 1976, ce centre désormais géré par TéléDiffusion de France réceptionnera un second émetteur de 1 kW, émettant FR3 Bourgogne sur le canal 30-H.

    Il faudra ensuite attendre décembre 1981 pour que TF1 Couleur soit diffusée sur le canal 35-H, une exception à l'écart habituel de trois canaux dans ce "triplet" (canaux 30-33-35 au lieu de 30-33-36) .


    Au milieu des années 80 suivront d'abord un émetteur de 2 kW (soit 10 kW de P.A.R.) reprenant Canal Plus sur le canal 67-H, puis deux émetteurs de 500 Watts (soit 2,5 kW de P.A.R.) diffusant La Cinq et M6 respectivement sur les canaux 38 et 60-H.

    Depuis la fin mars 2007, ce site TDF diffuse toutes les chaînes de la TNT, mais les opérateurs qui les diffusent
    (Towercast, OneCast) sont tous deux des concurrents de cette société, qui leur loue ses installations :



    Vue actuelle de l'émetteur intercalaire du Mont-Saint-Vincent.
    Hormis l'ajout de panneaux pour la radio FM, l'aspect du pylône a peu changé.
    Cliquer dans l'image ou ici pour l'afficher en grande taille
    et mieux apercevoir les détails des installations.

    Document © TDF




    Cliquer dans l'image ou ici pour l'afficher en grande taille
    et mieux apercevoir les détails des installations.

    Document © TDF


    e) Mâcon - Bois de Cenves


    Aux confins du Charolais, de la Bresse et du Lyonnais, la ville de Mâcon ne captant pas correctement les émissions de la Deuxième Chaîne et ses émissions régionales "Bourgogne Actualités", l'ORTF décide d'implanter, à la même époque que pour Le Creusot et Montceau-les-Mines, un petit émetteur intercalaire couvrant Mâcon et ses environs.

    Le site retenu, le Bois de Cenves, n'est pourtant pas en Bourgogne : la commune de Cenves fait partie du département du Rhône. L'émetteur, mis en service lui aussi en 1971
    , s'appelle cependant " Mâcon - Bois de Cenves" sur les documents officiels de l'ORTF, car il est destiné à diffuser les émissions régionales bourguignonnes dans cette ville. Il émet sur le canal 55-H, sa puissance est réduite (250 Watts crête-image, soit environ 1 kW de P.A.R.).

    Courant 1976, un deuxième émetteur reprenant FR3 Bourgogne sur le canal 49-H est mis en service avec la même puissance. Comme au Mont-Saint-Vincent, il faudra attendre
    décembre 1981 pour qu'un troisième émetteur diffuse TF1 Couleur sur le canal 57-H.

    Par contre, comme pour Nuits Saint-Georges, les canaux manquent pour la diffusion des réseaux 5 et 6 analogiques et à défaut de pouvoir capter ces chaînes sur le Mont-Pilat, qui porte jusqu'à Tournus ou même Beaune au nord, les téléspectateurs n'ont d'autre recours que la réception sur satellite.

    Finalement, fin juillet 2007, après un retard de plusieurs semaines sur la date prévue, cet émetteur passera lui aussi à la TNT.

    On notera que ce centre intercalaire de TDF n'émet qu'en télévision, les stations de Radio-France étant reçues depuis le Mont-Pilat et les radios privées se partageant deux sites au nord de Mâcon (TDF La Grisière et Towercast La Roche-Vineuse) :


    L'émetteur intercalaire UHF de Mâcon - Bois-de-Cenves.
    Cliquer dans l'image ou ici pour l'afficher en grande taille
    et mieux apercevoir les détails des installations.

    Document © TDF




    Cliquer dans l'image ou ici pour l'afficher en grande taille
    et mieux apercevoir les détails des installations.

    Document © TDF


    à suivre bientôt, quelques pages plus loin : les émetteurs de Franche-Comté
    Dernière modification par Colorix ; 20/06/2017 à 00h39.
    Colorix
    Louis Marie Foratier

  7. #407
    Membre
    Date d'inscription
    août 2014
    Localisation
    Devon RU et 24 France
    Messages
    185
    Très bonne mis a jour pour Dijon. Merci Colorix.

    Oui, selon l'UER le canal 10 rayonnait avec 12 kW PAR nord et sud (strictement 15 et 195 degrés ETN) avec 5 kW dirigé a l'est (90 deg).

    Ce que je m'en souviens c’était que ce site pour la radio FM rayonnait très très mal a l'ouest, en montant sur le A6 direction Paris en sortant de Beaune le signal FM disparaît brutalement avec les ombres des collines a l'ouest de l’émetteur; sans doute le relais d'Arnay le Duc Painblanc comblait la mème situation pour 819 lignes, mais pour la radio FM la réception était exécrable pour des dizaines de kilomètres, faible signal d'Autun, et puis faible signal de Troyes, avant l’arrivée dans le zone de couverture de Molesmes. Painblanc a été equippé avec la FM plus tard.

    Je me suis souvent demandé si un meilleur site aurait pu être choisir - qui aurait couvert Dijon, mais avec un couverture additional plus aisé pour l'ouest.
    Dernière modification par mw963 ; 27/02/2017 à 16h39.

  8. #408
    Membre
    Date d'inscription
    août 2014
    Localisation
    Devon RU et 24 France
    Messages
    185


    https://www.dropbox.com/s/oofaqbfma3...%20FM.jpg?dl=0



    Confirmation de mal placement de NSJ pour couverture a l'ouest

  9. #409
    Membre
    Date d'inscription
    août 2014
    Localisation
    Devon RU et 24 France
    Messages
    185
    En réfléchissante sur l'emplacement de Nuits Saint Georges, je me demande si l'ORTF/RTF a choisi ce site exprès pour limiter le rayonnement a l'ouest, simplement a cause de Neuvy Deux Clochers, les deux sites partageaient les canaux "boite a sardines" 9/10, et peut être on craignait des problèmes entre les deux, malgré le contre-polarisation....

  10. #410
    Membre Avatar de Colorix
    Date d'inscription
    juillet 2013
    Messages
    801
    Cher Martin, tu m'as devancé dans cette hypothèse qui m'est apparue à la lecture de ton premier message. Sur trois cartes, dont celle figurant ici mais aussi dans des Hors Série "Science et Vie" radio-TV de 1964 et 1968, on voit clairement que Dijon "tourne le dos" à Neuvy Deux Clochers.

    Et comme tu le soulignes dans ton message ci-dessus, c'est vraisemblablement à cause de ces deux canaux "tête-bêche" (que tu appelles joliment "boîte à sardines", vu la position de ces petits poissons dans leur réduit) que la RTF a réduit les risques en limitant la hauteur du pylône de Nuits St-Georges à 150 mètres (contre 200 à 300 m pour de nombreux autres sites). Idem pour l'emplacement lui-même, qui (comme le montre la carte précitée) aurait, plus à l'ouest, diminué la "zone blanche" assez importante entre ces deux émetteurs de Dijon et Bourges.

    Un autre cas "tête-bêche" existait aussi dans l'est, avec Strasbourg (canal F5) et Metz (canal F6), tous deux en polarisation horizontale. Même après transfert de Lauth à Nordheim en 1964 avec hauteur bien plus grande de son mât, Strasbourg semble avoir assez bien "cohabité" avec Luttange pendant cette période de 20 ans, jusqu'à l'arrêt du 819 lignes. Je n'ai pas connaissance d'interférences mutuelles, et pourtant la bande de fréquences vidéo était presque identique, avec pourtant des différences importantes de contenu durant les décrochages régionaux.

    Concernant Nuits Saint-Georges, des précisions intéressantes m'ont été apportées par un internaute bourguignon.

    Je les publierai d'ici vendredi.


    Amitiés,
    Dernière modification par Colorix ; 02/03/2017 à 01h20.
    Colorix
    Louis Marie Foratier

Liens sociaux

Liens sociaux

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages