+ Répondre à la discussion
Page 2 sur 83 PremièrePremière 1 2 3 4 12 52 ... DernièreDernière
Affichage des résultats 11 à 20 sur 821
  1. #11
    Membre Avatar de Colorix
    Date d'inscription
    juillet 2013
    Messages
    512
    Quant à Colmar et Mulhouse, elles devront attendre le début de 1956 avant qu'une haute tour autoporteuse soit installée.

    Ce ne sera pas au sommet du Ballon de Guebwiller comme prévu initialement (voir
    ici des informations intéressantes et des illustrations fournies par notre ami Casimodo. Un grand merci à lui !) ledit Grand Ballon des Vosges devant se contenter ultérieurement d'un simple réémetteur...


    Document © Delcampe.net

    ... mais sur les hauteurs du Belvédère à l'entrée sud de Mulhouse :



    Document © Delcampe.net

    Sa portée assez conséquente lui permet d'être confortablement reçu dans le nord de la Suisse et dans le Würtemberg voisins.

    Dans les années 80, l'abandon du 819 lignes contraint TDF à restituer aux PTT l'ancienne partie "hors bande" des canaux F5 et F6
    (160-175 MHz), l'obligeant à trouver de nouvelles fréquences pour la future chaîne Canal Plus, en négociant avec les pays voisins pour essayer de caser Nordheim dans une bande III déjà bien encombrée. Finalement, ce centre pourra émettre sur le nouveau canal L10, mais avec une puissance deux fois moins importante qu'auparavant (20 kW au lieu de 50 kW de puissance apparente rayonnée) et en polarisation désormais verticale, obligeant une fois encore les Bas-Rhinois à modifier ou remplacer leurs antennes. Mulhouse-Belvédère, lui, n'aura pas ce problème,ayant déjà une bande de fréquences assignée dans laquelle il casera son nouveau canal L5-H.

    Par la suite, le problème de pénurie de fréquences lié au grand nombre d'émetteurs étrangers voisins obligera La Cinq et M6, comme à Lille, à se contenter d'un émetteur local couvrant uniquement l'agglomération strasbourgeoise. C'est un nouveau site au Port du Rhin qui sera préféré à celui de la rue Lauth, son pylône d'environ 100 mètres de hauteur permettant de couvrir une zone un peu plus grande :



    Document © structurae.info

    Avec l'arrivée de la télévision numérique, une remise à plat complète des fréquences est négociée entre les différents pays frontaliers, permettant à Nordheim, désormais doté d'un pylône de 270 mètres, et aux autres émetteurs alsaciens de disposer de toutes les fréquences nécessaires avec, néanmoins, le recours à la nouvelle norme MPEG4, moins gourmande en fréquences que la MPEG2, mais qui de toute façon la remplacera à terme dans toute la France, ne serait-ce que pour le passage des diverses chaînes à la HD.

    Prochaine étape de notre Tour de France des émetteurs régionaux : Lyon, mis en service le 15 octobre 1954 sur la tour de Fourvière, et le 24 décembre 1955 sur le sommet du Mont-Pilat.
    Dernière modification par Colorix ; 16/04/2018 à 04h19.
    Colorix
    Louis Marie Foratier

    •   Alt 

      Réclame

       
       

  2. #12
    Membre Avatar de Colorix
    Date d'inscription
    juillet 2013
    Messages
    512
    L'incroyable saga de la télévision en Sarre dans les années 50 : Telesaar





    Il convient d'abord de situer le décor, car peu d'entre nous le connaissent vraiment !


    De taille à peu près égale à celle de son riche voisin immédiat le Luxembourg à l'ouest, (moins de 2600 km² chacun), la Sarre est de nos jours deux fois plus peuplée (près de un million d'habitants) :


    1948-1957 : au carrefour de la République Fédérale Allemande, du Luxembourg et
    de la France sous laquelle est en protectorat, la Sarre profite pendant quelques
    années d'une indépendance sous mandat mais qui lui donne certaines libertés.
    Document © Google Maps

    Après la Seconde Guerre Mondiale, incorporée dans la Zone d'Occupation Française, la Sarre placée sous le contrôle des autorités militaires françaises est autorisée à procéder à des élections de conseillers municipaux dès 1946. L'année suivante, ces derniers adoptent une Constitution Sarroise donnant à la région un statut de véritable Etat (mais devant rester en lien étroit avec la France) reconnu comme tel au plan international. La Sarre a ainsi participé aux Jeux Olympiques de 1952 en Finlande, et son équipe de football s'est opposée à celle de l'Allemagne de l'Ouest dans les qualifications de la Coupe du Monde 1954... qui fut bien sûr télévisée (nous y reviendrons).


    Dans la période des années 50 qui nous intéresse, la télévision naissante en Europe suscitait bien de l'intérêt de la part des investisseurs privés. En radio, le monopole était la règle partout, à l'exception des trois petits pays entourant la France, qui avait nationalisé ses postes privés : le Luxembourg et Andorre, dont les stations commerciales avaient débuté dans les années 30, et Monaco où Radio Monte-Carlo démarra véritablement après la guerre.

    Un homme d'affaires sulfureux et controversé d'origine roumaine, Charles Michelson, mena diverses opérations dans lesquelles fut impliqué l'Etat monégasque, par le biais d'une participation bancaire dans sa société "Images et Son" qui allait devenir, en plus de Télé Monte-Carlo, l'actionnaire majoritaire d'un autre projet de télévision privée, en Sarre.

    Dès le début des années 50, avant même la naissance de Télé-Luxembourg en 1955, les Sarrois souhaitaient avoir leur propre chaîne de télévision et cherchaient des investisseurs pour financer sa construction et son fonctionnement.

    Etat quasi-souverain, la Sarre avait obtenu à la conférence de Stockholm de 1952 l'attribution d'un canal de télévision, mais elle y était représentée par les P.T.T. français qui planifiaient leurs projets sur la base du 819 lignes adopté quatre ans plus tôt, et donc avec des canaux "F " d'une largeur de bande de 14 MHz, soit deux fois plus que les canaux "E " du 625 lignes adopté par la République Fédérale d'Allemagne (R.F.A.).

    Au lieu de la bande III en polarisation horizontale majoritaire dans les canaux attribués en Europe, Sarrebruck se vit attribuer un canal "F1b" (en réalité le "F2" français : audio 41,25 MHz – vidéo 52,40 MHz) en bande I et en polarisation verticale, avec les mêmes critères de diffusion que le "F1" (ou "F1a") désignant au plan international les fréquences de l'émetteur 441 lignes de la Tour Eiffel (audio : 42,00 MHz – vidéo 46,00 MHz) initialement fixées avant-guerre pour ses émissions en 455 lignes. La P.A.R. (puissance apparente rayonnée) prévue pour ce canal "F1b" (ou "F2") était de 100 kW.

    Ses inconvénients majeurs étaient la taille très imposante des futures antennes de réception sur les toits mais surtout une très grande sensibilité aux parasites. En contrepartie, ce canal avait des chances de bénéficier d'une zone de réception plus vaste qu'en bande III.

    Associées, la société "Images et Son" de Charles Michelson et la "Radio-Industrie" présidée par l'inventeur du 819 lignes, Henri de France, avaient tout intérêt à prendre le contrôle de cette future télévision sarroise qui pourrait émettre des programmes commerciaux en français vers l'Alsace, la Lorraine et l'est de la Belgique. L'ouest de l'Allemagne, avec ses récepteurs 625 lignes totalement incompatibles techniquement (les multistandards étant alors très rares et très chers) était sans intérêt pour une station en 819 lignes, à la fois du point de vue commercial mais aussi politique.

    Les deux sociétés prirent la majorité des parts dans la Saarland Fernsehen AG (Société Anonyme de Télévision de la Sarre) désormais présidée par Henri de France et titulaire de la concession en Sarre par convention avec l'Autorité de Radiodiffusion Sarroise, gestionnaire de Radio Sarrebruck. Le directeur de celle-ci, un certain Billman, était lui-même actionnaire de la nouvelle société de télévision et il avait depuis longtemps l'idée de monter une puissante radio commerciale privée en Sarre. Le prétexte de financer la future télévision privée par les profits dégagés par une telle radio suffit aux autorités sarroises pour autoriser la création de cette station de radio. C'est ainsi qu'en liaison avec les actionnaires français fut créée "Europe n°1", délibérément orientée en direction du public français, et en concurrence directe avec sa voisine Radio-Luxembourg, devenue depuis, RTL en 1969.


    Les débuts de "Europe n° 1" furent chaotiques car la place manquait dans la gamme des grandes ondes. La station émigra sur plusieurs fréquences en provoquant à chaque fois des protestations des pays voisins : Luxembourg, Suisse, Danemark, Norvège... Finalement, un accord fut passé avec la R.D.A. (République Démocratique Allemande) dont l'émetteur était dirigé vers l'est. Décalé de quelques kilohertz et bloquant sa diffusion vers l'est, Europe n° 1 émettait enfin depuis le plateau du Feldbeg-Berus à l'ouest de Sarrebruck, avec ses messages publicitaires initialement destinés en majorité à financer la télévision sarroise :


    Le logo d' Europe 1 à ses débuts
    évoquait ses vues sur la télévision
    Document © Saarnostalgie.de et Europe 1

    Celle-ci avait entre temps commencé à émettre de façon expérimentale dès 1953 avec un petit émetteur de 100 Watts de puissance crête-image installé sur un pylône au sommet de la colline du Eschberg à l'est de Sarrebruck :



    Le pylône de Telesaar à côté de la Eschberg Hof
    n'existe plus, et cette ferme est devenue un hôtel.
    Document© Saarnostalgie.de

    La Sarre ne souhaitant pas utiliser le 625 lignes allemand,c'est donc du matériel français fonctionnant en 819 lignes qui fut installé, utilisant le canal français F7 (177,15 – 188,30 MHz) en polarisation horizontale, canal mis à disposition par la RTF qui n'en avait pas l'usage. C'est avec ces caractéristiques que Telesaar allait émettre pendant près de cinq ans, jusqu'à sa fermeture le 15 juillet 1958, mais dans des conditions de réception souvent difficiles hors de l'agglomération de Sarrebruck :



    Un technicien sur la plateforme sous les panneaux
    rayonnants diffusant le canal F7-H. Le rôle de celui
    en déport, à sa gauche, n'est pas défini. Peut-être
    pour renforcer le retour-antenne vers le centre-ville
    où se trouvait le centre de production de la station.
    Document© Saarnostalgie.de

    En 1954, la société propriétaire Fernseh AG commença la construction d'une petite tour de béton près du gigantesque bâtiment hébergeant les émetteurs ondes longues d'Europe n°1. Le but était de l'utiliser pour lancer une nouvelle station totalement indépendante de Telesaar, mais en concurrence frontale avec la future Télé-Luxembourg (lancée en janvier 1955) sous le nom de "Europe n°1 Télévision" :




    Document© Saarnostalgie.de et Europe 1

    Devant utiliser le canal F2 initialement attribué à la Sarre par la conférence de Stockholm, avec une puissance apparente rayonnée de 100 kW, identique à celle qu'utiliserait à terme la chaîne luxembourgeoise, le but final de Europe n°1 Télévision était identique à celui de la radio, à savoir détourner le plus possible de téléspectateurs de Télé-Luxembourg tout en profitant d'un canal devant, en principe, lui donner une zone de réception légèrement plus grande et, notamment, meilleure dans le nord de l'Alsace.



    Éloigné d'environ 45 km du site d'émission de Télé-Luxembourg à Dudelange, celui du projet
    "Europe 1 Télévision" sur le plateau du Felsberg était, comme pour la radio, en concurrence
    frontale directe pour atteindre une zone de réception à peu près équivalente en France.
    Document © Google Maps

    Malgré ses conditions de diffusion assez limitées, Telesaar allait, pendant plusieurs années, ponctuer la vie politique, sociale, culturelle et même sportive des Sarrois depuis son petit studio de 58 m² installé en plein centre de Sarrebruck et relié avec l'émetteur par des faisceaux hertziens installés sur le toit, mais aussi avec le car de reportage de la station permettant des directs, y compris pour des émissions en public : music-hall et variétés depuis deux théâtres, matchs locaux de football et de catch (la chaîne n'avait pas le droit de relayer l'Eurovision), courses de chevaux, de moto etc.



    Calqué sur le modèle de celui fourni par la Radio-Industrie à la R.T.F., le car de
    direct de Telesaar était largement utilisé pour couvrir les compétitions sportives,
    les événements politiques, et les spectacles en public depuis les théâtres locaux.
    Document © Saarnostalgie.de

    Tous les programmes étaient en dialecte sarrois ou en allemand, présentés par des animateurs, présentatrices et journalistes "du crû". Les Sarrois composaient la quasi totalité de l'effectif d'une trentaine de personnes faisant tourner la chaîne, personnels techniques, administratifs et de direction compris.

    Comme ce sera également le cas quelque temps plus tard pour Télé Monte-Carlo et Télé-Luxembourg, ces effectifs réduits en personnel n'avaient absolument rien à voir avec ceux de la R.T.F. qui produisait elle-même un grand nombre d'émissions de prestige : "dramatiques" (théâtre télévisé en plateau en direct), retransmissions du Festival d'Avignon, des 24 heures du Mans, émissions littéraires ("Lectures pour tous"), documentaires ("La vie des animaux") ou d'information ("Cinq colonnes à la Une"), qui mobilisaient des centaines de personnes à Cognacq-Jay comme aux Buttes-Chaumont..

    Malgré cet handicap, les programmes de Telesaar étaient quand même assez variés, comme le montre la grille ci-dessous (traduite en français) non seulement publiée dans la presse quotidienne mais aussi dans un magazine de radio-télévision propre à la Sarre :



    Journal télévisé et courtes rubriques de services ou de conseils composaient
    l'essentiel de la production propre de la station, qui comme le feront également
    Télé-Monte Carlo et Télé-Luxembourg, aura largement recours aux films de long
    métrage, à l'exception de spectacles de variétés produits dans des théâtres locaux.
    Document © Saarnostalgie.de
    Traduction L.M.F.

    Telesaar fonctionnera ainsi, avec son émetteur de faible puissance en bande III, jusqu'à ce que les événements politiques l'obligent à mettre fin à ses émissions le 15 juillet 1958 à la demande du Ministère Fédéral des Postes désormais en charge de la radio-télévision dans le nouveau "Land" allemand de la Sarre.

    Entre temps, la télévision nationale allemande ARD avait installé, avec l'aide logistique de la Südwestfunk de Baden-Baden, un émetteur de 100 Watts sur la tour de béton du Schwarzenberg, relativement proche de celle de l'Eschberg de Telesaar et couvrant elle aussi essentiellement la ville de Sarrebruck, sur le canal E2-V en 625 lignes norme B.



    La tour en béton a été construite en 1930 sur la colline du
    Schwarzenberg ( 376 m),
    la plus élevée de Sarrebruck.
    Haute de 46 m, elle est utilisée pour la téléphonie mobile.

    Document © Google Maps et M. Tobias Lana (2016)




    L'équipement mis en place sur la tour
    du Schwarzenberg pour relayer l'
    ARD
    sur le canal E2-V en 625 lignes norme B

    Document © Saarnostalgie.de

    Cet émetteur provisoire fut mis en service le 1er janvier 1957, date officielle de l'entrée de la Sarre dans la République Fédérale d'Allemagne. Ses fréquences entraient dans la bande plus large (canal F2) attribuée à la Sarre par la Conférence de Stockholm. Il devait diffuser la cérémonie officielle d'adhésion de la Sarre à la RFA mais par un coup du sort, l'émetteur SWF du Hornisgrinde qui le pilotait tomba en panne, et c'est sur Telesaar qui retransmettait aussi l'événement, que les Sarrois purent le suivre... en 819 lignes uniquement.



    Encadrée par deux caméras 625 lignes de l'ARD, celle en 819 lignes de Telesaar
    retransmet comme pour de nombreux autres événements sarrois, la cérémonie
    d'adhésion de la Sarre dans la RFA en direct du Théâtre Municipal de Sarrebruck.
    Document © Saarnostalgie.de

    Toutefois, la Fernseh AG s'estimant propriétaire de cette bande de fréquences, réussit à faire cesser les émissions de l'ARD, qui se trouvait obligée de lui demander son accord préalable avant de faire, de temps en temps, des émissions depuis le Schwarzenberg. De son côté, la Fernseh AG hâtait la mise en place d'un émetteur de 3 kW crête-image sur la tour de béton du bâtiment émetteur de la radio Europe n°1, sur le plateau du Felberg :



    Le bâtiment "futuriste" devant deux des pylônes de l'émetteur ondes longues d' Europe 1.
    A droite, la tour de béton destinée à diffuser
    "Europe 1 TV" à ses débuts sur le canal F2-V.
    Elle n'aura servi que pour relayer
    Telesaar pendant onze jours, mais a été conservée en l'état.
    Cliquer dans l'image ou
    ici pour l'afficher en très grande taille

    Document
    © M. Marco Kany, Sarrebruck et resonanzen.eu

    Telesaar commençait ainsi à émettre le 15 janvier 1958 depuis le Felsberg avec cet émetteur sur le canal F2-V en 819 lignes et pouvait être désormais parfaitement reçue dans tout le Land et même au-delà, mais le gouvernement fédéral à Bonn, agacé par ces agissements, parvenait à obtenir discrètement de l'UER le remplacement du canal F2 norme E 819 lignes, par le canal E2 en norme B 625 lignes, seul standard officiellement adopté par la RFA.

    Le 25 janvier 1958, l'émetteur était fermé officiellement sur intervention du ministère fédéral des postes et de la police :



    Document
    © Ouest-France

    Finalement, le gouvernement fédéral allemand faisait définitivement interdire, non seulement les émissions de Telesaar, mais aussi celles d'Europe n°1 en mars 1958 :



    Document
    © Ouest-France

    Toutefois, la radio en ondes longues était sauvée par une prise de participation majoritaire de l'Etat français par l'intermédiaire de la SOFIRAD (Société Financière de Radiodiffusion) et continuait d'émettre, en français, vers la France et donc sans viser le public allemand.

    Il n'en allait pas de même pour Telesaar, qui, en violation de l'interdiction d'émissions privées, émettait désormais à destination de la population d'un Land allemand, en allemand et avec des caractéristiques techniques non conformes à celles en vigueur dans le pays.

    La station était contrainte de cesser définitivement ses activités le 15 juillet 1958, mais son émetteur 819 lignes sur le canal F7-H était temporairement utilisé avec un convertisseur de définition pour relayer les émissions de l'ARD jusqu'en novembre, après la mise en service de l'émetteur 625 lignes norme B (canal E2-V) sur les hauteurs du village de Göttelborn au nord de Sarrebruck, avec 100 kW de puissance apparente rayonnée lui permettant d'être reçu largement au-delà de la Sarre, en Rhénanie-Palatinat, dans le nord de l'Alsace et de la Lorraine, au Luxembourg et même dans l'est de la Belgique :


    L'émetteur des Hauteurs de Göttelborn en 2006. Il diffusait l'ARD sur le canal E2-V
    mais était secondé par un autre centre diffusant ce même programme sur le canal E11-H
    Cliquer dans l'image ou
    ici pour l'afficher en très grand taille

    Document © Dk67 - Wikipedia.org

    Par la suite, en juillet 1976, cet émetteur allait passer en polarisation horizontale pour réduire les interférences des stations éloignées, notamment celles de BBC1 dont les émetteurs principaux (en particulier Holme Moss et North Hessary Tor sur le canal B2 et Kirk o'Shotts sur le B3) étaient tous en polarisation verticale alors que l'horizontale était attribuée au réseau secondaire avec des puissances très inférieures.

    Désormais inutile, l'émetteur 819 lignes de 3 kW sur le canal F2 qui n'avait fonctionné qu'une dizaine de jours depuis la tour de béton d'Europe 1 au Felsberg, fut démonté, ainsi que ses antennes, et utilisé de façon expérimentale au Mont-Agel en vue d'étendre la réception de Télé Monte Carlo grâce à la portée supposée plus souple de la bande I dans les vallées de Haute-Provence. Les essais ne furent guère concluants et durent être abandonnés, l'Italie se plaignant d'interférences sur la côte Adriatique, et l'émetteur R.T.F. de Bastia, en vue directe du Mont-Agel, devant utiliser à terme ce même canal F2 avec une puissance-crête image de 500 Watts, soit 10 kW de P.A.R.

    Mais ceci est une autre histoire que nous découvrirons lors de l'étape consacrée à la Provence-Côte d'Azur, à TMC et à la Corse (ou en cliquant ici si vous souhaitez accéder dès maintenant à l'histoire des débuts de TMC, à l'époque la soeur cadette de Telesaar).

    Dans l'immédiat, pour encore plus de détails sur l'histoire des débuts de la télévision en Sarre, voici la traduction maison intégrale (ce qui a pris beaucoup de temps) de la page très complète, avec de nombreux autres documents du site sarrois saar-nostalgie.de qui lui est consacrée : cliquez sur la mire ou ici pour y accéder :


    La mire de Telesaar, très inspirée de celle de la RTF
    Cliquer dans l'image ou ici pour accéder à la
    traduction intégrale en français de la page du
    site sarrois
    saar-nostalgie.de consacrée à

    l'histoire des débuts de la télévision en Sarre

    Document© Saarnostalgie.de

    A noter : en plaçant votre pointeur sur une image (ou en la touchant pour les smartphones ou tablettes) qui comporte un texte en allemand, vous ferez apparaître sa traduction en français.


    Et aussi... en allemand, mais comportant de nombreux passages intéressants, ces deux vidéos réalisées par la SudWestFunk (SWF) de Baden-Baden et la Saarlandischer Rundfunk (SR) sur l'histoire de Telesaar et de l'ARD en Sarre :

    Vidéo 1 : cliquer ici _________________Vidéo 2 : cliquer ici

    Si votre connexion est trop lente, faire un clic droit, choix "Enregistrer la cible sous..." pour les télécharger et les visionner depuis votre disque dur (taille vidéo 1 : 46 Mo ; taille vidéo 2 : 52 Mo).
    Dernière modification par Colorix ; 28/04/2018 à 21h59.
    Colorix
    Louis Marie Foratier

  3. #13
    Membre Avatar de Colorix
    Date d'inscription
    juillet 2013
    Messages
    512
    Antennes d'émission TV en France dans les années 50-60 : Lyon Fourvière et Mont-Pilat

    Alors que la station de télévision de Lille a été inaugurée en 1950, la grande métropole du Nord s'était déjà familiarisée avec ce nouveau média dès les premiers mois de 1939 : des démonstrations au standard officiel de l'époque, le 455 lignes, avaient eu lieu dans le cadre de l'Exposition du Progrès Social avec même, le 14 juillet, la retransmission du défilé en direct (mais en circuit fermé).

    Lyon a donc dû, en 1953, céder sa place à Strasbourg pour contrer la menace d'une invasion du 625 lignes allemand dans les foyers alsaciens.

    La "Capitale des Gaules", elle aussi, a eu l'occasion d'accueillir la télévision sur son territoire : en octobre 1941, le jeune ingénieur Henri Defrance (ou Henri de France) et la Radio-Industrie ont été forcés de quitter la zone occupée, dans laquelle toute entreprise ou usine de radio-électricité est bannie par les Allemands, pour se replier dans le quartier Saint-Clair, à Lyon.


    11 octobre 1941 : premiers essais de télévision en zone non occupée
    Document ©
    819lignes.free.fr

    (cliquer sur ce lien pour découvrir d'autres photographies)

    Pourtant, il existe des exceptions : la Compagnie des Compteurs de Montrouge, où officie le rival de Defrance, René Barthélémy, continue sur place ses expériences en dérogation à une interdiction décidée par l'Occupant, accueillant même des dignitaires nazis dans ses locaux. Mais, il est vrai, la CDC s'était alliée à la Telefunken allemande dans le milieu des années 30 dans ses recherches sur la télévision. "Ca crée des liens"... qui vaudront à Barthélémy quelques soucis à la Libération.


    René Barthélémy (2ème à g.) fut accusé de collaboration à la
    Libération mais il réussit à convaincre ses accusateurs que ses
    travaux avaient été sans incidence sur l'effort de guerre nazi.

    Document © M. Nicolas Blazianu
    (cliquer sur ce lien pour découvrir d'autres photographies)

    Quoi qu'il en soit, Henri Defrance (ou de France) poursuit ses expériences en vue d'améliorer la définition TV. Il a même pour ambition d'atteindre 1015 lignes, une folie à l'époque, mais devra pour le moment se contenter de 567 lignes, qui est déjà la définition la plus élevée, dépassant de peu le 525 lignes que les Américains du NTSC (National Television System Comittee, Comité du Système National de Télévision) viennent d'adopter en juillet 1941 aux dépens du 441 lignes de la RMA (Radio Manufacturers Association, Association des Constructeurs Radio américains).


    Le studio TV de la Radio-Industrie à Lyon en 1941
    Document © 819lignes.free.fr
    (cliquer sur ce lien pour découvrir d'autres photographies)


    La caméra 567 lignes conçue par Henri de France
    Document © 819lignes.free.fr
    (cliquer sur ce lien pour découvrir d'autres photographies)

    C'est ce même Henri Defrance (devenu entretemps Henri de France) qui mettra au point le (tristement) fameux 819 lignes adopté en 1948 par François Mitterrand, Secrétaire d’État à l'Information, sur l'insistance pressante de Wladimir Porché, alors Directeur de la RTF. A l'argument de la "plus belle image du monde" s'ajoutaient des considérations plus bassement matérielles, à savoir le refus de devoir payer aux Américains des royalties pour la version européenne (qu'ils avaient imposé à l'Allemagne vaincue et en pleine reconstruction) à savoir leur nouveau standard à 525 lignes mué en 625 lignes par les vertus du courant secteur à 50 périodes en Europe, au lieu du 60 périodes nord-américain. En évitant de recourir à la même définition et aux mêmes choix techniques, par exemple en gardant la polarité vidéo positive et le son en modulation d'amplitude, la France évitait d'avoir à payer des droits aux Américains et aux Allemands, tout en les dissuadant ainsi de vendre en France leurs téléviseurs, uniquement conçus pour le 625 lignes "européen"...

    L'Histoire démontrera rapidement que ce choix désastreux, non seulement isolera la France pendant longtemps, mais provoquera aussi un retard considérable dans la production des matériels d'émission, bien plus délicats, dans la construction d'un réseau bien plus coûteux et bien plus gourmand en fréquences, et surtout pour la construction des téléviseurs qui ne pourront pas être adaptés au 625 lignes UHF, seul moyen possible d'installer de nouvelles chaînes en France, avant une modification totale de leur conception, uniquement possible à partir de 1961.


    Le Gouvernement récidivera en 1967 avec l'adoption du procédé de télévision en couleur SECAM (également inventé par Henri de France à la fin des années 50), alors que tous les autres pays européens adopteront le PAL allemand, dérivé du NTSC américain. A la conférence de Stockholm où les Français auraient pu défendre un système mixte, la représentation française fut, on ne sait pourquoi, confiée à un haut fonctionnaire qui ignorait tout de la télévision, tandis que le Général de Gaulle, on ne sait pas non plus pourquoi, interdit en personne le départ pour Stockholm du camion technique de démonstration qui aurait permis cette "troisième voie"
    .
    (informations révélées dans le livre "75 ans de radio et de télévision" du pionnier de la télévision Marc Chauvierre, publié en 1989).



    Pour en revenir au 441 lignes, c'est cette définition que continuent, de leur côté, d'utiliser les Nazis dans les années 40 pour leur station de Berlin qui utilise une mini Tour Eiffel, la
    Funkturm (Tour de radio) équipée à son sommet de curieuses antennes en forme de roues de vélo...


    " Les antennes à ondes ultra-courtes érigées sur la tour radio
    de Berlin
    pour les émissions de télévision à haute définition "

    Document © earlytelevision.org
    (cliquer sur ce lien pour découvrir d'autres photographies)



    La "Funkturm" de Berlin durant une manifestation nazie en 1938
    Document © Spiegel.de
    (cliquer sur ce lien pour découvrir d'autres photographies)


    Lyon, qui possède elle aussi une mini-Tour Eiffel depuis 1892, la Tour de Fourvière, ne s'en sert pas du tout pour la radio et la télévision. Elle a servi d'attraction à l'initiative d'un restaurateur et de commerçants du coin pour offrir à leurs clients un superbe point de vue sur la ville. Mais certains murmurent aussi que ce serait une initiative anti-cléricale pour embêter les prélats de la Basilique Notre-Dame de Fourvière toute proche...



    Document © Delcampe.net
    Dernière modification par Colorix ; 16/04/2018 à 04h18.

  4. #14
    Membre Avatar de Colorix
    Date d'inscription
    juillet 2013
    Messages
    512
    Retour dans les années 50. La RTF, qui a du donner la préférence à la reconstruction de ses réseaux radio démantelés pendant la guerre (le grand centre Ondes Longues d'Allouis vient tout juste d'être reconstruit, après 14 ans de silence), cherche à couvrir le plus de population avec le moins d'émetteurs possibles. Après Paris, c'est donc tout logiquement Lille, Lyon et Marseille qui auront la priorité. Lyon avant Marseille, tout simplement parce que la liaison hertzienne les rejoindra progressivement l'une après l'autre... Liaison dont le maillon lyonnais est la tour hertzienne du Mont-Cindre, dans la banlieue de Saint-Cyr au Mont d'Or :


    Relayant les signaux de Paris vers Fourvière puis plus tard, au Mont-Pilat et à Grenoble...
    Cliquer sur l'image ou ici pour l'afficher en plus grande taille
    Document © Delcampe.net



    ... la tour hertzienne du Mont-Cindre surmontée d'un inhabituel feu de signalisation aérienne.
    Cliquer sur l'image ou ici pour l'afficher en très grande taille
    Document © Delcampe.net


    L'épisode alsacien étant réglé, la RTF cherche comment couvrir cette agglomération lyonnaise le mieux possible, alors qu'elle est encaissée dans une sorte de cuvette dominée par plusieurs collines... les Monts du Lyonnais.

    Les techniciens font divers essais depuis les points hauts de la ville, mais aussi dans les environs, avec pour but de couvrir toute la vallée du Rhône jusqu'à Marseille à partir d'un émetteur de grande puissance. Le choix, pour ce site, se porte assez rapidement sur le Mont-Pilat, au sud de Saint-Étienne. Des essais réalisés avec les techniques habituelles de l'époque (une antenne accrochée à un ballon) permettent des réceptions jusque dans les Alpes, au-dessus de Grenoble !



    Le Mont-Pilat en 1955 avant la construction de l'émetteur. Le bâtiment en bois, visible
    au-dessus du restaurant, abrite les techniciens de la
    RTF et leurs matériels de mesures.

    Cliquer sur l'image ou ici pour l'afficher en plus grande taille
    Document © Delcampe.net


    Par contre, les émissions du Mont-Pilat ne pourront pas être captées dans toute l'agglomération lyonnaise, il faut un relais local de faible puissance pour arroser les zones d'ombre de la ville... En fait, c'est ce petit émetteur qui sera mis le premier en service. et la RTF n'aura même pas à construire un pylône car la propriétaire de la Tour de Fourvière s'en dessaisit et la Ville est trop heureuse d'y accueillir "la Télévision"... qui débute ses émissions le 15 octobre 1954.

    Comme pour Lille et Strasbourg, un petit studio est installé en ville, qui permettra d'offrir, en dehors du programme national, des émissions locales et bientôt régionales, lorsque le puissant émetteur du Mont-Pilat sera mis en service.



    15 octobre 1954 : la Tour de Fourvière diffuse la télévision dans l'agglomération lyonnaise
    Document © Delcampe.net

    Dans l'immédiat, Fourvière émet, comme Strasbourg, sur le canal F5 en polarisation horizontale, mais avec seulement 100 Watts de puissance crête-image (contre 3 kW à Strasbourg). Sa réception se limite à l'agglomération lyonnaise.

    Le 13 Janvier 1964 : La 2ème chaîne arrive sur l’émetteur de Lyon Fourvière :
    le reportage sous ce lien


    Pour éviter aux bouillants Marseillais de faire une crise de jalousie, mais sûrement aussi pour contrer la réception, dans les quartiers hauts de Marseille, de Télé-Monte-Carlo qui émet seule depuis quelques mois dans toute la région, la construction d'un émetteur provençal est jugée prioritaire par la RTF par rapport à celui de la Vallée du Rhône. Il sera mis en service dès le 1er décembre 1954 sur le Massif de l’Étoile... et fera l'objet d'un historique plus détaillé dans la prochaine étape de ce Tour de France des émetteurs TV.
    Dernière modification par kiki37 ; 22/07/2018 à 16h45.

  5. #15
    Membre Avatar de Colorix
    Date d'inscription
    juillet 2013
    Messages
    512
    Le 24 décembre 1955, les habitants de la Vallée du Rhône trouvent enfin dans leurs sabots de Noël un émetteur de télévision reçu de Mâcon et Bourg-en-Bresse au nord, à Valence et Carpentras au Sud, mais aussi Chambéry et Aix-les-Bains à l'est, et Roanne ou même les quartiers hauts de... Clermont-Ferrand à l'ouest. C'est le "Mont-Pilat", plus précisément installé au sommet du "Crêt de l'Oeillon", dont l'altitude élevée (1430 m) permet de faire l'économie d'un pylône : les antennes sont installées juste au-dessus de l'émetteur, et l'on retrouvera cette configuration dans de nombreux centres de montagne (Pic du Midi, Puy-de-Dôme, La Rhune...).



    Le centre du Mont-Pilat servira d'émetteur-pilote à de nombreux réémetteurs dans
    une vaste zone couvrant une partie de l'Auvergne, des Alpes et de la Vallée du Rhône.
    Cliquer dans l'image ou ici pour l'afficher en grande taille
    Document © Delcampe.net

    Les conditions atmosphériques très dures en hiver, comme ici au Mont-Rond (voir message suivant), amènent la RTF à protéger les antennes des sites de montagne (Pilat, Mont-Rond, Puy-de-Dôme, Pic du Midi...) dans une sorte de "carter" chauffé pour faire fondre la glace et améliorer la diffusion :


    Les équipes techniques de montagne, comme ici au Mont-Rond, ont du
    s'habituer aux rudes conditions hivernales. A cette époque, les matériels
    n'étant pas automatisés, une présence humaine y était permanente.

    Cliquer dans l'image ou ici pour l'afficher en grande taille
    Document © Delcampe.net




    Gros plan sur les carters de protection chauffés
    protégeant les antennes émettrices en montagne
    Document © Delcampe.net
    Dernière modification par Colorix ; 15/04/2018 à 04h37.

  6. #16
    Membre Avatar de Colorix
    Date d'inscription
    juillet 2013
    Messages
    512
    De leur côté, les Grenoblois ont bénéficié d'une liaison directe avec Lyon dès le 18 novembre, leur petit émetteur de 40 Watts sur le canal 1F0-H étant installé dans la célèbre station ski de Chamrousse.

    Le Mont-Pilat, par sa hauteur et sa vaste zone de réception, va permettre plus tard d'équiper les vallées avec de nombreux réémetteurs, parmi lesquels Annecy-Epagny (10 Watts, canal F8-H) Chambéry-Mont du Chat (40 Watts, canal F6-H), Chamonix-Aiguille du Midi (3 Watts, canal F6-H), Megève-Rochebrune (10 Watts, canal F7-V), Saint Gervais-Mont Joux (10 Watts, canal F9-H), et plusieurs autres de très faible puissance.

    Tout ce déploiement n'est pas anodin : depuis le 1er novembre 1954, l'émetteur suisse du Col de la Barrillette, sur le Massif de la Dôle, près de Genève, est parfaitement reçu dans de nombreuses vallées alpines grâce aux fréquences très basses de son canal E-4 en polarisation horizontale (vidéo 62,25 MHz, audio 67,75 MHz) :



    Réutilisé par la TV Suisse Romande à la Dôle, un ancien pylône du célèbre émetteur
    ondes moyennes de Sottens,
    éteint depuis (NB: prononcer "Sotan", sans "s" final)
    Pour écouter les 5 dernières minutes d'émission de Sottens le 05-12-2010 cliquer
    ici
    Cliquer dans l'image ou ici pour l'afficher en très grande taille
    Document © Delcampe.net

    Sa portée exceptionnelle lui permet même d'être reçu jusqu'à Dijon !... La RTF se devait de contrer à nouveau le risque d'achat, par les habitants de ces régions, de récepteurs 625 lignes à la norme allemande adoptée par la Suisse, incapables ensuite de capter les émissions françaises !



    Zone de réception "optimale" de La Dôle.
    En réalité l'émetteur était reçu bien plus loin.
    Document © Télé-Magazine (1960)

    La ville de Saint-Etienne, pourtant toute proche du Mont-Pilat, recevra elle aussi un réémetteur de 40 Watts à la Croix de Guisay, sur le canal F8-H car certains de ses quartiers sont dans l'ombre des montagnes environnantes.

    Enfin, la ville du Puy-en-Velay bénéficiera elle aussi d'un réémetteur de... 3 Watts (canal F5-H) sur le Mont-Denise, en réception directe du même Mont-Pilat.


    Mais l'on ne saurait clôturer le panorama de cette région sans revenir sur... la Suisse.


    "Réponse du berger à la bergère", la RTF répliquera (tardivement) à l'invasion helvétique depuis la Dôle, par l'installation en 1961 d'un émetteur près de Gex, sur le Mont-Rond, qui domine Genève, Lausanne et tout le pourtour du lac Léman.



    Dominant le Jura français et la région de Genève, l'émetteur de Gex Mont-Rond
    Document ©
    Delcampe.net

    D'abord équipé d'un relais provisoire de faible puissance (40 Watts) sur le canal F7-V, ce centre recevra plus tard un émetteur de 500 Watts lui permettant d'être mieux reçu dans cette zone.



    Document © Delcampe.net
    Dernière modification par Colorix ; 15/04/2018 à 04h39.

  7. #17
    Membre Avatar de Colorix
    Date d'inscription
    juillet 2013
    Messages
    512
    La Deuxième chaîne, elle, sera lancée officiellement en même temps qu'à Paris, le 18 avril 1964 sur la tour de Fourvière. L'ORTF, qui a pris la suite de la RTF depuis le début de l'année, considère comme une priorité de lancer le Mont-Pilat pour faire décoller son audience. Il sera mis en service fin octobre, et ceux de Chambéry-Mont du Chat et Gex-Mont Rond un an plus tard, avant d'être progressivement suivi par les autres émetteurs et réémetteurs de la région.


    L'émetteur du Mont-Pilat surmonté de la nouvelle antenne UHF pour la 2ème chaîne fin 1965


    Le 28 septembre 1973, la région Rhône-Alpes Auvergne de l'ORTF sera la sixième de France à bénéficier de la Troisième Chaîne, ainsi que le montre le document vidéo ci-dessous, qui précise qu'à l'époque elle détient 36% du nombre total de réémetteurs en service dans le pays :



    Cliquer dans l'image ou
    ici si votre navigateur n'affiche pas la vidéo.
    Si votre connexion est trop lente, faire un clic droit
    ici (choix
    "Enregistrer la cible..." pour la lire sur votre disque dur (taille 32 Mo)

    Document © INA

    Plus tard, l'arrivée de Canal Plus provoquera à nouveau des réajustements de fréquences, en liaison avec la Suisse et l'Italie voisines, pour remplacer les anciens canaux F5 et F6 "hors bande" utilisés par Fourvière et de nombreux réémetteurs alpins. Il en sera de même par la suite pour La Cinq et M6, qui ne pourront pas toujours être diffusées dans les vallées voisines de la frontière.

    Dans les années 2000, le passage au tout-numérique, comme en Alsace et dans le Nord, permettra de mettre à plat l'ensemble des fréquences en accord avec les pays voisins pour assurer une couverture optimale en nombre de chaînes et en zones de réception.


    Prochaine étape de ce
    Tour de France : Marseille, la Provence, la Côte d'azur et... Télé-Monte-Carlo.
    Dernière modification par Colorix ; 15/04/2018 à 04h47.
    Colorix
    Louis Marie Foratier

  8. #18
    Membre Avatar de cricri
    Date d'inscription
    juillet 2012
    Localisation
    limoges
    Messages
    3 982
    En tout cas ici ou ailleurs je relais avec toujours autant de plaisir ce conte de l'émission de signaux tv
    J ai une demande particuliere, si c est possible bien sur...le massif central est toujours un peu oublie en terme de montagne( c est pres de chez moi et il culmine a un peu plus 1850 metres, honorable comme hauteur!)
    Aurais tu qlq chose a propos de l'émetteur du puy de dome?( il culmine a pres de 1400 m , ce qui n est pas negligeable non plus)
    Merci pour ces recits riches , passionnants et prenants
    @+
    Tv Philips 32 pfl5405/Samsung 40uef6320
    Cube tnt + 2 cubes sat hd wifi
    Telecommandes one for all urc 8305 x2 et 8308 x2
    Graveurs hdd3700+3305 philips
    Abonne canalsat depuis 1996
    Recepteur sat strong srt 7006 pour le 28, 2○EST
    Distribution canalsat +freesat via modulateurs sur tous les tv
    Ampli str dh730/de225/de485
    Harmony one touch /harmony 950

  9. #19
    Membre Avatar de Colorix
    Date d'inscription
    juillet 2013
    Messages
    512
    Citation Envoyé par cricri Voir le message
    (...) Aurais tu qlq chose a propos de l'émetteur du puy de dome? (...)
    Bien sûr cher Cricri, on va y venir, au Puy de Dôme, il fait partie des principaux émetteurs français, mais il faut être patient, il n'a été mis en service que le 28 décembre 1957, or nous n'en sommes encore qu'à... fin 1955. Et comme notre "Tour de France" suit les dates de mises en service des émetteurs, on va devoir passer par de nombreux autres endroits (Bourges, Caen, Metz, Rouen...) avant de grimper jusqu'au "Temple de Mercure" !

    Allez, pour te faire plaisir, une petite exception pour te faire patienter :



    L'émetteur du Puy de Dôme peu après sa mise en service, fin 1957 .
    Les antennes TV ne sont pas encore protégées par leur carter chauffant.


    Amitiés,
    Dernière modification par Colorix ; 15/04/2018 à 04h51.
    Colorix
    Louis Marie Foratier

  10. #20
    Membre Avatar de cricri
    Date d'inscription
    juillet 2012
    Localisation
    limoges
    Messages
    3 982
    Merci c est sympa
    Desole je suis un petit peu gourmand
    Je patiente donc sagement
    @+
    Tv Philips 32 pfl5405/Samsung 40uef6320
    Cube tnt + 2 cubes sat hd wifi
    Telecommandes one for all urc 8305 x2 et 8308 x2
    Graveurs hdd3700+3305 philips
    Abonne canalsat depuis 1996
    Recepteur sat strong srt 7006 pour le 28, 2○EST
    Distribution canalsat +freesat via modulateurs sur tous les tv
    Ampli str dh730/de225/de485
    Harmony one touch /harmony 950

Liens sociaux

Liens sociaux

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages